Archive

Posts Tagged ‘The Fratellis’

#190 – Dry The Rain

The Beta Band in Champion Versions EP (1997)

 

F-BetaBand2Le groupe version Beta du jour nous vient directement d’Ecosse. Terre brumeuse et humide, le manque de soleil n’empêche pourtant pas de développer une longue et fructueuse tradition musicale. Et je ne parle pas uniquement de leur magnifique hymne national, probablement l’un des plus beaux du monde, ou de musique celtique assaisonnée de cornemuse. La scène écossaise est également très fournie en rock en tous genres, ce qui nous intéresse ici particulièrement. Puisque vous lisez nos colonnes régulièrement et qu’en plus vous avez une excellente mémoire, vous n’êtes pas sans savoir que le plus grand groupe australien de tous les temps prend ses racines du côté du Glasgow, où sont nés Angus et Malcolm Young, sans parler de Brian Johnson dont la voix reconnaissable entre 1000 a certainement été biberonnée au blend. Cette figure de proue n’éclipse cependant pas d’autres talents parmi lesquels Primal Scream, Franz Ferdinand ou plus récemment Biffy Clyro, The Fratellis ou Mogwai. Non, je ne citerai pas Annie Lennox, faut pas pousser non plus.

Le terrain est donc là, et les gars du Beta Band, même s’ils sont moins populaires et diffusés que leurs illustres comparses, méritent malgré tout une petite place au soleil – rare – du rock écossais.  Lire la suite…

#159 – Chelsea Dagger

20 mars 2013 1 commentaire

The Fratellis in Costello Music (2006)

 

Allo, toi non plus t'as pas de shampooing...

Allo, toi non plus t’as pas de shampooing…

On l’a déjà évoqué ça et , la musique et certaines chansons en particulier sont à jamais associées à des souvenirs. C’est aussi le cas en ce qui me concerne pour Chelsea Dagger, en plus d’être un formidable hymne de stade de foot.

En l’an de grâce 2007, ma vie était tout autre. Embourbé au fin fond de la Picardie, je n’avais d’autre loisir que les courses au Auchan (le « au » est important, pour les Picards) du coin et les AR vers l’île aux merveilles musicales, mais pour raison professionnelle uniquement. Alors au diable les varices, soyons fous, faisons péter un chèque. Et bam, une nouvelle voiture. Mais pas n’importe laquelle puisque pour vous donner une idée, elle a été (plus ou moins jalousement malgré tout) surnommée tantôt « Majorette » (pas pour les manieuses de bâton mais pour les petites voitures de gosse) tantôt « aspirateur ». Il se trouve qu’elle n’était ni l’une ni l’autre au final.
Lire la suite…