Archive

Posts Tagged ‘The Beatles’

#270 – Friends Will Be Friends

16 février 2015 2 commentaires

Queen in A Kind of Magic (1986)

My friends rock…

Merci. Oui, merci My Friends (Red Hot Chili Peppers).

Je vais parler avec mon (ro)coeur et vous dire à quel point vous m’avez touché. Touché en plein coeur.

Dernièrement, je cherchais à reprendre ma plume (ou plutôt mon clavier) et je n’ai pas trouvé meilleure occasion que celle que vous m’avez donnée. Bon, hier en voyant les nouveaux tatouages éphémères de Zlatan, j’ai bien failli foutre cet article à la poubelle, changer d’option et tatouer tous vos prénoms sur mon torse. Et puis je me suis dit, j’ai déjà All My Friends (LCD Soundsystem) gravés dans mon cœur, autant sauvegarder quelques cm² de peau.

#268 – Free As A Bird

The Beatles in Anthology 1 (1995)

 

Free as a Bird

Non, je ne vous parle pas aujourd’hui du plus grand monument du rock sudiste (Free Bird de Lynyrd Skynyrd pour ceux que j’aurais déjà perdu), mais bien de la chanson des Beatles, sortie en… 1995. Quoi ? On nous aurait menti ? John Lennon ne serait pas mort assassiné un triste jour de décembre 1980 par le terrible Marc Chapman ?

On se calme ! Il s’agit bien évidemment d’une chanson posthume du groupe. Lors de la sortie de la fameuse Anthology, Paul, George et Ringo eurent l’excellente idée de contacter Yoko Ono dans l’espoir de retrouver quelques démos exploitables de John, afin d’en réenregistrer la musique et quelques paroles et d’en faire une nouvelle chanson. Mais si cette anecdote vous intéresse, je vous invite à ouvrir dans un nouvel onglet ce petit article également écrit de mes mains ! Lire la suite…

#264 – American Pie

25 avril 2014 Laisser un commentaire

Don McLean in American Pie (1971)

Ce n’est pas BHL, mais il entarte bien aussi !

Il s’appelle Don McLean (le nom le plus classe du monde, vous en conviendrez). Sa voix est de velours (pas de doute là-dessus non plus). Il a composé quelques mélodies encore dégustées les soirs d’hiver aux coins de toutes les cheminées de la planète  (la preuve).  Et sa « Tarte Américaine » (croquante et gourmande) reste l’un des plus grands tubes folk du XXe siècle. Et mon dessert préféré.

Pourtant qui connait encore Don McLean ? Quel sinistre trentenaire encasqué de Dr Dre irait citer aujourd’hui Monsieur McLean plutôt que Mister Stifler et sa bande de cynocéphales en T-shirt au son de ces deux mots désormais graveleux que sont devenus American et Pie ?  Comme rirait l’immense Pierre Desproges, ces deux mots puent désormais « le pied confiné et l’incontinence pollueuse de leurs petites détresses orgasmiques ».

Contre le grossier pouvoir des Majors Hollywoodiens et le vice des mineurs-mateurs de tous pays, ma quête pour la re(con)naissance du gentil folk d’antan continue…

Don McLean, musicien avant tout ! Lire la suite…

Topology #5 – Christmas n°1’s in the UK – Notre Sélection

31 décembre 2013 Laisser un commentaire

Petit post de circonstance en cette période de fêtes.

Nous le savons, au Royaume Uni – home-land du rock, être numéro 1 à Noël ça vous marque une carrière.

Si certains sont clairement à leur place (Beatles, Elvis, Pink Floyd entre autres), d’autres sont là grâce à la magie du marketing (Spice Girls, East 17) et de la société de consommation (les différents gagnants de X-Factor, Bob The Builder [????]).

Voici donc une sélection de nos Xmas #1 favoris :

1 – « Bohemian Rhapsody » – Queen (1975+1991)

Bon, on va pas vous refaire l’histoire, Bohemian Rhapsody est bien l’une des plus grandes chansons de l’univers du monde entier interplanétaire de tous les temps. C’est pas moi qui le dit, c’est DS. Mais il le dit en mieux. Fait unique : Queen a été 2 fois #1 à Noël avec Bohemian Rhapsody. La première fois en 1975 (normal…), et la deuxième en… 1991… (normal aussi…)

2 – « Merry Xmas Everybody » – Slade (1973)

Quel style !! Paroles simples, plutôt drôles, sticky chorus. Avec un titre aussi évocateur, facile d’être #1… Même en rouflaquettes !

Reprise en acoustique par Noel Gallagher dans un épisode spécial Noel (ça fait beaucoup de « Noel ») de The Royal Family.

3 – « I Feel Fine » – The Beatles (1964)

She’s in love with me/And I feel fine

Pour la deuxième année consécutive, les scarabées de Liverpool sont number 1 à Noel.

La suivante sera pour eux également, soit trois Noel de suite passés au chaud.

Un seul autre groupe a fait aussi bien, et c’était…. Les Spice Girls…
Pour l’honneur, et après un hiatus « Tom Jones », ils rajoutent une première place en 67 avec Hello Goodbye et sont donc les grands ganants du concours.

4 – « Killing In The Name » – Rage Against The Machine (2009)

Sortie en 1991, « Killing » est le symbole de la puissance d’Internet et de ses réseaux sociaux. En effet, la jeunesse anglaise étant saturée de « X-Factor #1’s » (cet nième programme de téléréalité musical qui désigne son gagnant – dont le single sort automatiquement ensuite – comme par enchantement une semaine avant Noël), elle décide de lancer la rébellion sur Facebook en incitant les surfers à acheter le single de RATM. Bingo, le quatuor américain, symbole musical de la résistance à l’oppression, est numéro 1 !!
Interview du groupe + live assez puissant qui se termine en queue de poisson !!

Le clip officiel est ici.

5 – « Mull Of Kintyre » – The Wings (1977)

Un des singles made in Macca les plus vendus, tout du moins dans sa période post-fab four. La mélodie reste forcément dans la tête. Une de ces nombreuses pépites composées par Sir Paul…

Si vous voulez creuser (et donc bel et bien vérifier que les Spice Girls ont bien 3 titres n°1 à Noël…) la liste complète est consultable ici.

Let’s Rock Today (and Merry Christmas Tomorrow)

#212 – Miss Misery

25 octobre 2013 2 commentaires

Elliott Smith in Good Will Hunting Soundtrack (1998)

 

Innovons : grâce à Fab, que nous avons grand plaisir à accueillir au sein de la belle famille des contributeurs LRT, nous allons à la découverte d’un artiste, d’une personnalité, d’un homme, et non comme vous en avez l’habitude, d’une chanson en particulier. L’exercice est sympa, le résultat claque et l’hommage est à la hauteur de la grandeur de cette âme. Allez, passons la plume à notre special guest !

——–

Cela fait maintenant 10 ans qu’il nous a quitté et comme beaucoup d’artistes, bien trop tôt. Je suis très heureux de pouvoir écrire, sur ce blog, quelques lignes dédiées à ce personnage dotė d’un talent incroyable, Monsieur Elliott Smith.

Lire la suite…

#160 – Wild Thing

22 mars 2013 Laisser un commentaire

The Troggs in Wild Thing (1966)

 

4 wild tronches de rock

Le rock est un coffre au trésor, ouvert pour nous il y a quelques décennies et dont nous sommes les humbles et provisoires dépositaires. Nous n’en sommes pas toujours conscients, mais nous avons l’insigne honneur d’avoir auprès de nous des témoins directs du moment sublime de la naissance, quand le coffre encore vide a été violemment crocheté et qu’on a commencé à y fourrer des blousons en cuir, des pantalons rayes, des bouts de guitares, des scalp-bananes et tout plein d’autres choses sauvages. Naissant dans le coffre vide, toute une génération de bébés ont vu de leurs yeux vus déferler sur eux les avatars de la rébellion musicale.

Cette préhistoire du rock, c’est ma maman qui l’incarne dans la grotte familiale. Lire la suite…

#152 – Baba O’Riley

1 mars 2013 2 commentaires

The Who in Who’s Next (1971)

 

Au suivant ?

Il y a 69 ans jour pour jour, dans une banlieue défavorisée de Londres, naissait au sein d’une famille ouvrière un petit blondinet dodu et nerveux.

69 ans plus tard, le londonien platiné et baraqué peut souffler ses bougies en toute sérénité, tout en considérant avec fierté le chemin parcouru. « Il est devenu quelqu’un », pense-t-il, un petit sourire en coin. L’homme est modeste ! Ce quelqu’un n’est pas n’importe qui. Ce quelqu’un est unique ou presque, et toise l’humanité d’un peu plus haut. Ce quelqu’un ne sera pas oublié de si tôt, croyez-moi. Il paraît même, qu’à l’autre bout du monde, de jeunes âmes un peu nostalgiques, prennent encore la plume les 1er mars pour honorer son anniversaire.

Voici son histoire.

Le Rock au Corps

Fils d’ouvrier métallurgiste, le petit Roger pose très vite problème.

Lire la suite…

#150 – My Bonnie (Lies Over The Ocean)

22 février 2013 1 commentaire

Tony Sheridan – with The Beatles –  (1961)

 

The Professor

Nous sommes le 22 février.

Et comme vous le savez sans doute, le 22 février c’est  pour beaucoup de castors juniors, un jour de fête dédié à la mémoire de Sir Baden-Powell, célèbre pour avoir fondé le mouvement scout. Dans leurs cabinets de lecture, d’autres férus d’histoire (ou de kilt) vous rappellerons non sans raison que le 22 février c’est avant tout l’intronisation du premier des Stuart, Robert II, qui s’installe enfin sur le trône d’Ecosse.  A ces artisans de la mémoire, nous répondrons, et en choeurs s’il vous plaît, que le 22 février ne sera rien d’autre désormais que le 150eme article offert au monde par Let’s Rock Today.

En revanche, pour ne pas froisser les susceptibles castors, et les non moins grincheux historiens, nous avons astucieusement choisi notre morceau du jour. Vous allez très vite comprendre… Lire la suite…

#109 – Nineteen Hundred And Eighty Five

2 novembre 2012 2 commentaires

Wings in Band On The Run (1973)

 

Avant de rentrer dans le vif du sujet (et dieu sait s’il est vif aujourd’hui), je tiens à remercier celui sans qui aucun de ces mots n’aurait pu traverser mon esprit, puisque qu’il est celui qui m’a présenté cette pièce : j’ai nommé l’ami Matt, rockologue émérite, coblogueur autant que coblagueur, et surtout le plus grand (par la somme des savoirs) et le plus fin (par la profondeur d’analyse) connaisseur ès Sir Paul McCartney. A-t-on même jamais vu un petit gros aussi grand et fin ?
Mais trêve de galéjades, revenons en 1985, ou plutôt en 1973…

« Des nains juchés sur les épaules de géants » : Cette expression imagée qui nous vient de Pascal, ou de Newton, ou d’autres grands hommes, décrit le sentiment si fréquemment éprouvé par les artistes, philosophes ou scientifiques lorsqu’ils cherchent à aborder un domaine déjà largement exploré. Sentiment vertigineux d’humilité et de reconnaissance envers les prédécesseurs qui ont permis à ces génies d’avancer d’un pas de plus sur le long chemin de la connaissance et de la beauté…

L’équation est toute différente cependant lorsque le géant et le nain ne forment qu’une seule et même personne. Lire la suite…

#76 – God Only Knows

The Beach Boys in Pet Sounds (1966)

 

Partie du fond des Etats-Unis, la vague Rock ‘N’ Roll des années 1950 a touché au début des 60’s les rives anglaise pour se muter en déferlante Pop Rock avec nos « Brits Magnifiques ». Devant la prise d’otage de leur bébé survolté, les fiers amerlocs ne pouvaient pas rester sans réaction.

Sur la côté Californienne, une musique nouvelle vient soulever quelques bourrasques timides. La surf music, construite sur les vestiges du doo-wop et du Rock N’ Roll, accumulant les clichés, invente le mythe de la jeunesse insouciante et huilée. Brian Wilson, génie musicale à la santé mentale trop fragile, a parfaitement senti le sens de l’histoire Lire la suite…