Archive

Posts Tagged ‘Punk Rock’

#199 – Hate To Say I Told You So

3 juillet 2013 2 commentaires

The Hives in Veni Vidi Vicious (2000)

 

Ceci est une photo couleur

Je vais conclure ma saison LRT par différents remerciements :

Merci d’abord donc à LLLL, qui m’aura mis le pied à l’étrier au cours du set de The Hives samedi dernier à Longchamps. Certes, les sweedes étaient dans ma shortlist, mais la puce est venue à mon oreille également grâce à lui… Ce qui m’amène au deuxième merci de la série destiné à floriee qui nous a pondu une belle contribution hier, en lieu et place de l’ami LLLL qui avait lui prévu de faire sa chronique sur… The Hives. Donc oui, je suis un voleur. Ca vous épate hein ?

Merci également évidemment à The Hives, que nous rencontrions (LLLL et moi, vous l’aurez compris…) pour la première fois. Jamais évident de convaincre un public de festival, surtout celui de Solidays, plus éclectique et festoyant qu’amateur de rock pur (et ce n’est – presque – pas une critique). Mais ils l’ont fait. Je n’en doutais pas, connaissant leur réputation, mais là, je dois avouer qu’ils m’ont sévèrement réveillé le week-end.

Lire la suite…

Publicités

#145 – Na Na Na Na Naa

11 février 2013 6 commentaires

Kaiser Chiefs in Employment (2005)

Les « feignasses de Leeds » Photo: Danny North

Aujourd’hui, je voulais faire simple. Simple mais efficace… Dans ces cas-là, on appelle Kaiser Chiefs à la rescousse. C’est un peu la A-Team (Agence tous Risques) en la matière. En plus ils sont cool avec ce clip, ils me mâchent tout le boulot : c’est un bon résumé express des gars de Leeds. Du rock énergique, un leader complètement barré avec un nom de raquette de tennis (Ricky Wilson) qui grimpe autant qu’il est perché, saute dans le le public et court partout en concert. Un mec qui ne s’économise pas sur scène. Vu ses textes, il peut.

Lire la suite…

#30 – Teenage Kicks

17 avril 2012 4 commentaires

The Undertones in Teenage Kicks Single (1978) and The Undertones (1979)

 

Attention, alerte hymne.

Mon compère LLLL vous a parlé des escapades mancuniennes au 42nd Street. Et bien c’est à ce même endroit que j’ai entendu pour la première fois ce titre. Accroche immédiate, coup de foudre, envie de l’écouter en boucle… Et dès les premières mesures, les « jeunes fougueux » (dont nous faisions partie à l’époque) sautaient partout, se tenant bras dessus bras dessous, comme si tous étaient amis depuis toujours.

A ce moment précis, pas d’iPhone. Pas d’iPhone, pas de Shazam. Pas de Shazam, pas de nom sur un son. Pas de nom sur un son… Et bien il y a toujours le copain briton. En rentrant, direction la toile, et écoute acharnée. Lire la suite…

#26 – Mutt

13 avril 2012 2 commentaires

Blink 182 in Enema of the State (1999)

Je me suis toujours dit qu’écouter la radio « Nostalgie » n’était pas de mon âge ou plutôt de ma génération (et je ne dis pas ça pour Stone et Charden) mais que je serai très content de l’écouter vers mes 60 ans (soit dans déjà 30 ans…). Et Mutt fera très certainement partie de cette playlist qui sentira bon le Biactol ! Lire la suite…

Catégories :90's, A Day In The Rock Étiquettes : , , , ,

#17 – Call Me

4 avril 2012 4 commentaires

Blondie in Call Me Single (1980)

 

La série Glam Rock se poursuit : après l’appel tonitruant (« dance with me »!) de la terrible brune Joan Jett, je vous propose aujourd’hui l’irrésistible « Call Me », de la moins brune (mais tout aussi terrible) Deborah Harry.

« Call Me » c’est encore une fois une invitation au voyage en ce début des années 1980 un brin kitschouille, mais furieusement punchy.

Pour le « brin kitschouille », il y a bien sûr le fond sonore électro-synthétique typique du Rock New Wave, servi ici accompagné d’une succulente sauce « disco-bolognaise » (merci Giorgio !). Il y a évidemment ce pont magique, ponctué des petits miaulements de Debbie dans les « langues de l’amour » (« Ooh, amore, chiamami chiamami. Oo, appelle-moi mon cherie ») . Mais il y a surtout ces images, indissociables du morceau ; celles du film le plus « années 80 » des années 80 : « American Gigolo« . Tout y est merveilleusement démodé : les couleurs, les tenues, les répliques, le suspense, les voitures, les draps en satin, la barre de traction (avec les pieds s’il vous plait), les cravates de Richard, la voix-off (ma préférée), etc, etc… et jusqu’à la police du titre ! Admirez plutôt

Pour le « furieusement punchy », pas besoin de vous faire un dessin… Si en écoutant la chanson vous n’avez pas la tête qui remue comme celle du cabot à l’arrière de la voiture, c’est que vous portez une minerve ou que vous venez de cliquer sur le mauvais lien.Vous pouvez aussi faire confiance à votre serviteur, danseur acrobatique d’un soir, entraîné de force sur scène pour se ridiculiser devant un aréopage de parents d’élèves médusés (non, n’insistez pas, il n’y a pas de liens youtube !).

Décidément, on ne se lasse pas de revivre ces années folles où toutes les fautes de goûts sont permises, où les dames prennent enfin le pouvoir, vous proposent une danse en hurlant, vous demandent votre « 06 », et portent des leggings bleus…

Et même si elle ne rend pas totalement justice à la pionnière du Punk Rock qu’est Debbie Harry, « Call Me », parce qu’elle nous offre un aller simple pour cette époque bénie des dieux (NDLRT : pas ceux du Rock évidemment), mérite bien le détour.

Let’s Rock Today (and Do Push-Ups Tomorrow)

DS