Archive

Posts Tagged ‘Pink Floyd’

#3 – Black Cab Society

15 octobre 2013 Laisser un commentaire
les 5 roues du BCS !

Les 5 roues du BCS !

Pour le troisième opus de sa rubrique « Découvertes », Let’s Rock Today continue l’aventure avec un nouveau « petit » groupe : Black Cab Society. Soulignez les guillemets autour du qualificatif « petit » car comment pouvons-nous affubler ce « petit » à Black Cab Society, un groupe qui a déjà sorti en 2012 un excellent premier double EP « Don’t Walk Out of the Line » (disponible sur Deezer ici) et qui vous présente leur premier clip Steve McQueen à l’esthétique et à la réalisation qu’aucun « grand » groupe ne renierait.

En fait, selon nous, la seule différence marquante entre un « petit » et un « grand » groupe est la notoriété, comme a pu l’expliquer DS dans cet excellent article sur Travis. Et c’est dorénavant la modeste contribution de LRT que de mettre la lumière sur ces groupes qu’on aime.

Alors lors d’un samedi après-midi de début d’automne, 2/3 de LRT ont pris plaisir à rencontrer, apprécier et découvrir les Black Cab Society.

 

Introducing Black Cab Society

Pour commencer cette après-midi en leur compagnie, nous avons été cordialement été invités à participer à leur répétition (on était un peu les filles d' »Hélène et les Garçons ») précédant leur concert du soir à « La Dame de Canton ». Lire la suite…

Publicités

#174 – The Wall, Side One

24 avril 2013 8 commentaires

Pink Floyd in The Wall (1979)


 
Petite sortie de piste aujourd’hui pour LRT (je vous rassure, j’ai demandé l’avis à mes alcooliques, ils sont OK. Voilà, je sens tout de suite que vous êtes bien rassurés) puisque je ne vous propose pas l’écoute d’une chanson mais bel et bien d’un album entier. Enfin, d’un pan d’album, dans un premier temps. Et j’ai fait ça bien il s’agit de la première partie d’un album qui fait quand même au total 1h21 (difficile de tenir un lecteur en haleine sur un texte pendant qu’il écoute 1h20 de musique, même vraiment bonne. Je ne m’y risque pas…)

En fait l’objectif ici est de défendre un mode d’écoute et de consommation de la musique qui a tendance à disparaitre : découvrir un album dans son ensemble.

Je tiens ici un bon exemple qui se suffira, je l’espère, à lui-même et illustrera au mieux le fond de ma pensée pas toujours très claire.

Lire la suite…

#171 – Lady Eleanor

Lindisfarne in Nicely Out Of Tune (1970)

 

En ce moment, j’écoute du Pink Floyd. Beaucoup de Pink Floyd. Enormément de Pink Floyd. Religieusement. Album par album. J’en suis à Animals, pour ceux que ça intéresse. Putain d’album.

Mais pourquoi il nous parle de Pink Floyd alors que l’intitulé du post dit « Lindisfarne ». Et bien c’est extrêmement simple : ça n’a rien à voir ! Ou presque. En effet, écouter du Pink Floyd m’a replongé dans mes souvenirs. Plus précisément en Angleterre, où lors de mon séjour j’ai rencontré le plus grand fan des flamants du monde (après les flamants eux-mêmes bien sûr). Il pouvait m’en parler des heures. Au cours d’une soirée arrosée (forcément) chez lui, il me disait qu’Animals était son album préféré. Il était en boucle là dessus. Jusqu’à ce qu’il s’arrête sur son disque de Lindisfarne… Lire la suite…

#10 – Comfortably Numb

Pink Floyd in The Wall (1979)

 

Comfortably Numb, c’est tout d’abord un joli palmarès, 314e plus grande chanson de tous les temps (Rolling Stone), 4e meilleur solo de guitare (DigitalDreamDoor), ou tout simplement meilleur titre des Pink Floyd toute époque confondue (The Amazing Pudding).

Mais surtout un bras de fer entre David Gilmour et Roger Waters, l’un compositeur de la majorité de la musique, l’autre auteur du texte inspiré d’un live joué sous sédatif (pour calmer la douleur d’une hépatite non diagnostiquée) et du passé du groupe avec Syd Barett.

De cette confrontation résultera un somptueux cocktail musical, dont les densités ont tant de mal à s’équilibrer que l’introduction vous engourdit et vous plonge directement dans le monde de Waters jusqu’au détonnant réveil du solo final marquant la volonté de Gilmour d’introduire un son plus grunge à la composition. Il ne vous reste plus qu’à le déguster sans modération et de vous laisser « agréablement engourdir ».

Let’s Rock Today (and We’ll Land Tomorrow)

ADRILLL

LR : Malgré toutes ces oppositions, ils s’aiment bien ! La preuve avec ce live et la réunion en 2005 pour le Live8.