Archive

Posts Tagged ‘Oasis’

#267 – Rockin’ In The Free World

Neil Young in Freedom (1989)

Neil young 4Les années 80 seront pour nombre d’artistes ayant émergé dans les années 60-70 (The Rolling Stones, Pink Floyd, The Who, AC/DC et bien d’autres) une terrible épreuve. Neil Young n’y échappera pas. Il restera très productif comme à son habitude mais l’inspiration n’y est plus vraiment et les nouvelles modes de sons synthétiques typiques des 80’s sont passés par là. Pas terrible donc pour bien faire vieillir une œuvre. Sortiront ainsi les albums « Re-Ac-Tor » (rageur mais passable), « Trans » (où le Loner s’essaie aux vocodeurs et synthétiseurs top kitch), « Everybody’s Rockin’ » (un disque de pur Rockabilly très 50’s de mauvais goût), « Old Ways » ou encore « This Note’s For You » (dans un style plus proche de ce que nous avait habitué Neil Young). Lire la suite…

Review #16 – Kasabian @ Le Bataclan, Paris

Bataclan Kasabian30 Avril 2014, Paris. Attention, événement au Bataclan ce soir puisque Kasabian dont on attendait avec impatience le retour lance sa tournée mondiale un peu plus d’un mois avant la sortie de leur nouvel album sobrement baptisé 48:13. Un Warm up pour préparer la tournée des festivals d’Eté et surtout leur concert événement chez eux, le 21 Juin au Victoria Park de Leicester qui marquera par la même occasion leurs 10 ans de carrière. Lire la suite…

Catégories :Review Étiquettes : , , , , ,

#259 – Cum On Feel The Noize

10 avril 2014 2 commentaires

Slade in Cum On Feel The Noize (Single) (1973)

 

sladeIl y a des groupes qui marquent de leur empreinte l’histoire du rock parce qu’ils ont inventé un son, voire un genre, parce que leur leader était un personnage hors norme, parce que leurs disques ont battu des records de vente, parce que leurs accoutrements étaient clownesques ou bien tout simplement parce qu’ils étaient là où il fallait, quand il fallait… Mais à quoi reconnait-on qu’ils ont marqué l’histoire ? Est-ce forcément quantifié et quantifiable. Slade, c’est à la fois tout ça réuni, mais également l’impression qu’on (le grand public) ne les a jamais trop reconnus.

Lire la suite…

#245 – My Big Mouth

5 mars 2014 2 commentaires

Oasis in Be Here Now (1997)

Be-Here-NowLa semaine dernière, l’annonce est tombée et les détails sont apparus (à Benoît et aux autres), Oasis va bien ré-éditer ses 3 premiers albums. Une opération remasterisation baptisée Chasing The Sun (certainement en hommage à Slide Away, une des plus belles pépites made in Gallagher) qui commence dès le 19 Mai avec la sortie en divers formats de Definitely Maybe millésime 2014. Si la production Owen Morris est entrée dans la légende, il est bon de se demander ce qu’apportera réellement cette remasterisation. Car comme a récemment Twitté Liam : ‘You can’t remaster something that’s already been mastered’. Fair enough. Mais ce sera au moins l’occasion de s’acheter les vinyles de ces albums, graal ultime pour tout fan d’Oasis qui se respecte (le marché de l’occase sur les LP des ninetees est extrêmement favorable à l’offre !)

3 albums d’Oasis sont à ranger dans la boite « années 90 » : Definitely Maybe donc (vous suivez…), (What’s the Story) Morning Glory? et Be Here Now. C’est ce dernier qui nous intéresse aujourd’hui. Car s’il y a bien un lbum d’Oasis qu’il est bon de mépriser, c’est celui-ci. Du moins, c’est ce que les groupies des lads de Manchester se plaisent à dire. Car au final, Be Here Now est et restera le meilleur Opus des carrières des frères Gallagher. Les vrais le savent. Et vous aussi, maintenant vous saurez…

Lire la suite…

Review #15 – Beady Eye @ Le Bataclan, Paris

28 février 2014 1 commentaire

beady eye bataclanJeudi 27 Février, direction République sous une fine pluie, puis le Bataclan ou doit se produire ce soir l’ancien backing band de Noel Galla… eeeeeuuuuuhhhhhh Beady Eye, pardon, pour la deuxième fois en indoor dans la capitale pour promouvoir leur second album sobrement intitulé BE. N’ayant pas été réellement convaincu par leur prestation au Casino de Paris il y a presque pile 3 ans (concert archi-complet en quelques minutes) pour la sortie de leur premier LP Different Gear, Still Speeding (le concert avait été bon mais sans plus), nous n’attendons rien d’extraordinaire de ce concert qui ce soir, n’affiche pas sold-out. Juste l’occasion de revoir un groupe qui même s’il n’est pas passionnant, nous tiens à cœur en tant que fanatique d’Oasis. Lire la suite…

Catégories :Review Étiquettes : , , ,

#228 – Such A Fool

19 décembre 2013 Laisser un commentaire

22-20’s in 22-20’s (2004)

Allez, on clôture en beauté cette mini série consacrée aux groupes découverts en première partie d’Oasis au City Of Manchester Stadium (maintenant Etihad Stadium, depuis que les Emirats règnent sur le foot Citizen) en 2005. Certainement la prestation qui m’a le plus convaincu ce soir-là. Alors j’étais plus jeune, donc forcément un peu moins sensible à ce type de son gras et acerbe. Mais j’étais déjà conquis. Et l’écoute de leur premier album n’a fait que confirmer cette superbe impression…

Lire la suite…

#226 – In The Morning

13 décembre 2013 1 commentaire

The Coral in The Invisible Invasion (2005)

 

Joy Div… Euuu The Coral

Contrairement à la semaine dernière, l’idée du groupe et de la chanson d’aujourd’hui m’est venue très facilement. Il faut dire que je m’étais bien préparé le terrain. Par contre, que vous raconter sur The Coral et son frivole In The Morning ? Alors là, je suis à sec. Rien ne sort. Rieng du tout. Incroyâââble.

Lire la suite…

#224 – Chicken Payback

4 décembre 2013 7 commentaires

The Bees in Free The Bees (2004)

 

Qui fait le poulet ?

J’ai eu du mal à trouver l’idée pour la chanson du jour. Quand c’est comme ça, je prends mon antisèche, à savoir une liste de chansons et d’artistes que je garde sous le coude et dans laquelle je pioche quand l’inspiration me manque. Et là, je tombe donc sur The Bees, que je n’avais pas écoutée depuis… Fiouf, depuis très longtemps.

Mon premier contact avec les abeilles c’était quand j’avais 5 ans et que j’ai fait le malin avec une bestiole à la fin d’un repas estival. J’ai bien morflé. Depuis je me méfie. Jusqu’à mon séjour en Angleterre. Là pas d’insectes (pas de soleil, pas d’abeille), mais bel et bien The Bees qui tournaient, un petit peu, dans tout le royaume.

Lire la suite…

#193 – Alright

19 juin 2013 1 commentaire

Supergrass in I Should Coco (1995)

 

Je vous propose aujourd’hui un petit retour sur les années britpop. Ce style musical né au Royaume Uni (j’espère que vous aviez deviné…) a fait les beaux jours des balladeurs cassettes des djeuns cools du milieu des années 90. Dominée et exportée mondialement par les mastodontes Oasis et Blur, sublimée par The Verve et magnifiée par Pulp, elle est symbolisée et cristalisée par Supergrass et son premier album I Should Coco qui marquera de son emprunte la décénie musicale anglo-saxonne.

Alors certes, Supergrass n’aura jamais l’aura de tous les précédents cités et n’aura pas mis au monde des icônes que sont et resteront les Damon Albarn, Jarvis Cocker, Richard Ashcroft ou Liam Gallagher, mais avec cet album et particulièrement avec Alright, ils se sont assuré une bonne place dans ce paysage musical plutôt fourni de cette britpop, qui restera comme un mouvement musical éphémère mais dévastateur.   Lire la suite…

#174 – The Wall, Side One

24 avril 2013 8 commentaires

Pink Floyd in The Wall (1979)


 
Petite sortie de piste aujourd’hui pour LRT (je vous rassure, j’ai demandé l’avis à mes alcooliques, ils sont OK. Voilà, je sens tout de suite que vous êtes bien rassurés) puisque je ne vous propose pas l’écoute d’une chanson mais bel et bien d’un album entier. Enfin, d’un pan d’album, dans un premier temps. Et j’ai fait ça bien il s’agit de la première partie d’un album qui fait quand même au total 1h21 (difficile de tenir un lecteur en haleine sur un texte pendant qu’il écoute 1h20 de musique, même vraiment bonne. Je ne m’y risque pas…)

En fait l’objectif ici est de défendre un mode d’écoute et de consommation de la musique qui a tendance à disparaitre : découvrir un album dans son ensemble.

Je tiens ici un bon exemple qui se suffira, je l’espère, à lui-même et illustrera au mieux le fond de ma pensée pas toujours très claire.

Lire la suite…