Archive

Posts Tagged ‘Jack White’

#198 – I Will Wait

2 juillet 2013 1 commentaire

Mumford & Sons in Babel (2012)

 

A droite, M&S. A gauche, la bande de saltimbanques confédérés de Cold Mountain (2003), avec un certain… Jack White. Tous les chemins mènent au Rock.

Mesdemoiselles, mesdames, pour les raisons que je vais vous énoncer, je ne doute pas de votre ralliement à ma cause en fin d’article (exception faite des allergiques à la mandoline). Messieurs, sachez quant à vous que je vous vois venir d’ici avec vos gros sabots anti-boys band (dans sa plus pure définition, j’entends). Cette chanson est également pour vous, si vous lui donnez une chance. Enfin et surtout, cet hymne à l’amour patient, héritier moderne des ballades de Lynyrd Skynyrd et de l’audace de Bob Dylan (avouons-le, l’harmonica, c’était risqué), nécessite que vous laissiez de côté votre jalousie chronique et immuable vis-à-vis des groupes de jeunes hommes en fleur grattant les guitares dont le mojo auprès de la gente féminine est à vos yeux totalement incompréhensible. Après tout, ils ont les cheveux gras. Le bide, aussi. Et des goûts douteux en termes vestimentaires (à mi-chemin entre le clodo et le hipster). Mais ce Marcus Mumford et ses fils (adoptifs) méritent votre attention. Lire la suite…

#2 – Outsiders

1 mai 2013 2 commentaires

481025_461660473869722_1760094500_n

Elle vous avait manqué, cette rubrique ! Et bien la revoilà ! Toujours pour vous présenter un groupe de jeunes rockeurs qui n’en veulent, toujours sous influence d’un style sans qui nous ne serions pas là (je parle bien du blues et non des t-shirts de Christian Audigier), mais cette fois-ci, ils sont 4… Et ces 4 étrangers (bin oui, ils viennent du Val d’Oise quand même…) seront eux aussi à l’affiche de la première soirée LRT le 30 Mai au Cavern Club, en première partie de nos premiers poulains, The Black Electrics.

Introducing Outsiders

Le Val d’Oise donc. c’est là que tout a commencé. Ou presque tout. Comme beaucoup d’autres, Benoit, Manu, et les frères Romain et Vince se rencontrent au lycée. Classique. Comme la musique que jouait Benoit à l’époque. A priori donc, rien ne les prédestinait à monter un groupe de blues rock. Et pourtant… Lire la suite…

#153 – La Bande Son de Ta Vie

4 mars 2013 1 commentaire

Tété in Nu là-bas (2013)

 

Parfois l’inspiration vient de nulle part… Ou presque. Une chanson dans un shuffle iPhone, un remix entendu dans un bar, un moment cinématographique mais la plupart du temps, elle vient d’un souvenir intime et personnel à tout jamais associé à une chanson.
La vie est faite  aussi de petites choses simples dont la musique vient imprégner ces moments d’une essence unique. Alors c’est vrai, je suis tombé par hasard sur la nouvelle figure de proue du dernier album de Tété (connu pour A la Faveur de l’Automne, enfin pour ceux qui connaissent), mais pour une fois, ce n’est pas la mélodie, le rythme qui m’a touché mais biens les paroles. Il prend sa plume légère et joyeuse (pour changer) afin d’illustrer musicalement le film de notre vie. Un film où l’on doit rester acteur, profiter des meilleurs rôles que l’existence nous propose et savoir jongler entre tous les genres et les sentiments de notre quotidien. Cet article sera la bande son de mon Paris-Reims du samedi 2 mars 2013. Intime et musical.
Lire la suite…

#137 – Capricorn

21 janvier 2013 1 commentaire

The Go in The Go (2003)

 

Ladies & gentleman : The Go !!! Tout simplement le secret le mieux gardé de l’histoire du rock ! Lire la suite…

#135 – Handle Song

16 janvier 2013 1 commentaire

Soledad Brothers in Voice Of Treason (2003)

 

Salut tout le monde, aujourd’hui dans ce deuxième épisode des groupes de Detroit du début des années 2000, nous vous présentons les Soledad Brothers. Fondé en 1998 dans l’Ohio, le groupe se compose à l’origine de Johny Wirick (a.k.a Johny Walker) chant/guitare/harmonica et de Ben Smith (a.k.a Ben Swank) à la batterie. Lire la suite…

#133 – It Came From Japan

11 janvier 2013 2 commentaires

The Von Bondies in Lack Of Communication (2001)

 

Detroit Michigan… Malgré un déclin économique et démographique entamé dès les années 50, la Motor City a toujours été une des capitales de la musique Américaine. Des grandes heures de la Motown, en passant par MC5, The Hollies, Iggy & the Stooges, The Temptations, Stevie Wonder, The White Stripes : soul, rock, electro, rap, punk… Quelque soit leur style, les artistes de Detroit exercent une influence capitale. Est-ce encore le cas aujourd’hui ?
Nous sommes en 2003, Seven Nation Army passe en boucle sur toutes les radios et résonne dans les stades de football, scandé par la foule. Pour les White Stripes c’est la consécration. Une ascension fulgurante que peu de groupes ont connu. Jack White part à la conquête du monde et laisse derrière lui la scène Rock de Detroit. LRT vous offre un résumé en quelques titres des groupes majeurs de ce début des années 2000 qui ont participé au retour en grâce du Rock mais qui pour la plupart n’ont pas rencontré le succès tant mérité.

Lire la suite…

Review #4 – Jack White @ Olympia, Paris

13 juillet 2012 Laisser un commentaire

Quel honneur. Mais quel honneur. « I can’t believe I’m seeing Jack White tonight » aurait dit une miam miam bien renseignée. L’impact avait lieu le 3 Juillet, à l’Olympia. Quelques secrets plus ou moins polichinéliens entouraient ce concert. Jack viendra-t-il avec ses gars ou ses copines ? Jack jouera-t-il du ‘old material’ ? Jack aura-t-il autant la pêche qu’avant ?

Autant vous dire que les doutes ont été vite levés. C’est un groupe 100% féminin qui l’accompagne. Et autant vous dire que les nénettes étaient DOUBLEMENT bonnes, bonnes musiciennes et… bonnes. Alors là, elle y est, la parité homme-femme, chère à nos politiques au pouvoir du moment qu’on rééquilibre avec une petite note machiste. Lire la suite…

Catégories :Review Étiquettes : , , ,