Archive

Posts Tagged ‘Indie Rock’

#237 – Cheat On Me

29 janvier 2014 1 commentaire

The Cribs in Ignore The Ignorant (2009)

Le choc des générations...

Le choc des générations…

On parlé récemment de l’impact qu’un guitariste pouvait avoir sur la génèse d’un album. Qu’on se le dise, le cas ‘Navarro/One Hot Minute est loin d’être isolé. Et ce ne sont pas les 3 Frères Jarman qui vous diront le contraire. Avant, ils étaient considérés comme les grands espoirs de tout un peuple, au même titre que les Libertines. Mais ils n’ont jamais vraiment confirmé, à part quelques bribes par-ci par-là. Les Hatem Ben Arfa de l’indie rock en sorte. Mais ça, c’était avant Ignore The Ignorant. Et Ignore The Ignorant, c’est Johnny Marr. 

Lire la suite…

#215 – Tie Up My Hands

6 novembre 2013 4 commentaires

Starsailor in Love Is Here (2001)

Les marins des étoiles

La semaine dernière, je suis retombé amoureux. De la même chanson. Plus de 10 ans après la première fois. Entre les deux, un hiatus plus ou moins voulontaire, suffisamment long pour que le temps fasse son affaire dans mon esprit et le remplisse de sons et souvenirs plus ou moins utiles. Dans des circonstances complètement inattendues, la passion revint. Ca prévient pas, mais quand ça tape, ça fait son petit effet…

Lire la suite…

#206 – So Sorry

11 octobre 2013 Laisser un commentaire

Feist in The Reminder (2007)

 

So Groovy

Je suis si désolé…

La phrase sonne mal en français, n’est-ce pas. On dira plutôt dans notre idiome alambiqué : « j’ai le coeur brisé, le regard gêné et l’âme navrée, soyez donc indulgents… ». Car oui, ce « so sorry » contient tout ça : un aveu de faiblesse et la prière d’être pardonné. L’anglais est moins poétique mais tellement plus direct.

En voilà une belle punchline pour cette soirée mélancolique. Oui, je suis « so sorry’ et pis c’est tout. « So sorry » de vous abandonner et « so sorry » de laisser mes deux comparses parsemer le monde de rock sans moi. Je vais mettre des parenthèses à (l’aventure LRT) et des pointillés à mes futurs… contributions…   Bref, ce n’est pas la feist…

Ok, ce n’est même pas un adieu, à peine un au revoir. J’en fais des caisses… Je tire sur la corde… Vous avez raison : Let’s Rock Today !

Et puis c’est Feist qui est à l’honneur aujourd’hui. Elle au moins sait rester discrète. Pas de caisse et quelques frôlements de cordes. Si léger. Si juste. So perfect. Lire la suite…

Catégories :00's, A Day In The Rock Étiquettes : , , , ,

#192 – Fake Empire

The National in Boxer (2007)

 

Aux sombres héros de The National.

Aujourd’hui, je vais revenir sur une chanson des débuts de LRT. Je m’explique LRT vous fait découvrir ou redécouvrir des groupes et des chansons, mais sachez que pour nous c’est parfois le même principe. Lors de la rédaction de notre article le plus lu, nous cherchions à associer à chaque candidat à la présidentielle 2012 à une chanson. La magie Google avec les mots clés « National », « Empire » et « Rock » m’avait amené à cette chanson. Cette chanson m’a ensuite conduit à la discographie du groupe qui vient de sortir son sixième album (Trouble Will Find Me). Une belle découverte sur laquelle je vais revenir avec vous un plus longtemps. Lire la suite…

#182 – Two Princes

Spin Doctor in Pocket Full of Kryptonite (1991)

2 + 2= 2 Princes

Rarement il me fut plus pénible d’écrire, alors que je peux jouer. Jouer à Sing Star évidemment. (Une impression de déjà-lu ? Pas de panique, tout s’explique) .

Sérieusement, vous auriez-fait quoi vous à ma place : passer du temps sur le blog à essayer de vous faire passer un bon moment avec les joyeux lurons de Spin Doctor ou m’éclater comme un guedin à Sing Star contre la nouvelle mascotte marseillaise de LRT ? Bon allez, on va couper la poire en 2 (attention, ce chiffre sera récurrent dans l’article). On s’y met à 2, Alx et moi, et on essaye de faire d’un article deux coups.

Two Princes est un « one-hit wonder« . Non, je déconne, c’est un « Two-hit wonder » bien sûr. Il va de pair avec Little miss can’t be wrong un premier single, issu du même album (le fameux Pocket Full Of Kryptonite). Devant les 2 tubes, on a longuement hésité entre le prince et la miss, surtout depuis que chez LRT, on a notre propre Little Miss porte bonheur ! 

Finalement, les princes l’ont emporté. Une victoire en 2 temps : d’abord parce que les princes c’est bon (surtout ceux fourrés au chocolat…), Lire la suite…

#181 – A.M. 180

Grandaddy in Under The Western Freeway (1997)

 

Amateurs de casquettes, voici vos nouveaux maîtres

Petit retour en arrière, dans les années 90 seulement je vous rassure. Ne vous laissez pas tromper par le nom du groupe qui ne tient absolument pas de nos grands pères et encore moins du rock de leurs glorieuses années. La décennie 90 a quelque peu été saccagée, à quelques rares Cobain/Gallagher/Rose près, et donnée en pâture aux sirènes de la dance music, pauvres héritiers des années disco. Mais l’approche du 3e Millénaire faisait renaître l’espoir et un groupe comme Grandaddy a fait partie de cette mouvance qui laissait appercevoir de meilleurs présages. Lire la suite…

#175 – Last Day On Earth (Something Small)

26 avril 2013 5 commentaires

Puggy in To Win The World (2013)


 

Bonne nuit les petits rockers !

Sur quoi écrire ? Sous quel angle ? Quels mots employer pour vous proposer un article potable lorsqu’on est épuisé, au bout du rouleau, au bord du gouffre, agonisant face à Miss Morphée qui vous fait du charme depuis 4 longues journées.

Oui, c’est bien à vous que je pose la question. Et vous serez bien aimable de me trouver une solution. Et pronto. Parce que là, ça urge. J’ai la paupière flageolante, le poul ralentissant et l’oreiller cajolant. Si ça continue je vais tomber, là, devant vous, et vous passer du Chantal Goya, ou pire, du Michel Sardou. Aidez-moi, please ! C’est quand même pour vous cet article, nom de Zeus ! Hey ! Mes yeux se ferment ! Attention ! A l’aide ! Trop tard ! Zzzzzzzzz…..

……….zzzzzzz…………..

Oh qu’il est beau cet arc-en-ciel; Lire la suite…