Archive

Posts Tagged ‘Guns N’ Roses’

#219 – Sweet Child O’ Mine

20 novembre 2013 Laisser un commentaire

Guns N’ Roses in Appetite For Destruction (1987)

 

16 ans fut pour moi l’âge de la première crise identitaire de ma vie. Du premier jean troué coupé avec des ciseaux aux premiers essais maquillage douteux, l’adolescence n’était que le début de la quête existentielle qui pose tant problème : Qu’est-ce que je vais faire de ma vie ? Si je ne me posais pas la question littéralement, il était évident que je cherchais une identité, un univers auquel je pouvais me rattacher. Je n’avais pas de passion, pas de motivation spéciale. Pendant que la conseillère d’orientation me demandait si je préférais l’économie ou la philosophie (ni l’un ni l’autre, à ce propos…), mes seuls soucis étaient de savoir si on me refuserait à la caisse avec un pack de bière premier prix. Je ne savais pas quoi faire plus tard, et j’avais le temps.  Jusqu’au jour où j’ai écouté Sweet Child O’Mine des Guns’N’Roses. Depuis, j’ai toujours été sûre une chose. J’étais née pour le rock. Lire la suite…

#121 – Don’t Damn Me

30 novembre 2012 Laisser un commentaire

Guns N’ Roses in Use Your Illusion I (1991)

Indispensable

Indispensable

Je suis sure que je ne suis pas la seule ado française à avoir découvert les GNR et leur « You could be mine » en allant voir Terminator. Si vous l’aviez loupé, M6 à la même période, nous passait en boucle le clip « Don’t Cry ». Il y a donc d’un côté les adorateurs du style « November Rain », « Don’t Cry », et autres magnifiques reprises de « Knocking on Heaven’s Door » ou encore « Live & Let Die » (oui les groupes de rock font définitivement les meilleures ballades) et, d’un autre côté, les adorateurs (dont moi…) des chansons qui remuent : « Back Off Bitch », « Get in the Ring », « Right Next Door to Hell », « Double Talking Jive », « Garden of Eden » (que les lecteurs LRT connaissent bien…). Deux facettes bien différentes de la bande à Axl pour deux sortes de fans. Enfin et entre ces 2 il y a les inclassables. Mes préférées… « Civil War », « Estranged » , « So Fine » ou encore « Coma » sont des titres marquants illustrant la puissance des GNR, tous les instruments ont un rôle majeur et encadrent à merveille la voix complètement dingue d’Axl. Le titre que j’ai choisi ici pour vous est « Don’t Damn Me », plutôt situé dans les chansons qui remuent. Je vous explique le choix de la chanson : j’ai découvert les GNR à 14 ans, je connaissais toutes les paroles de tous leur albums (certes pas toujours compréhensibles pour la gamine que j’étais), et les titres qui me troublaient le plus c’étaient les inclassables (voir plus haut) avec une émotion particulière et des thèmes plutôt pas très gais. Il y a quelques semaines, alors que je m’acharnais à vouloir faire marcher l’industrie du disque (certains assidus de LRT me suivent…) j’ai eu la fantastique idée de vouloir faire découvrir les GNR à ma descendance autrement que par les tubes d’un « best of ». Lire la suite…

#79 – Garden Of Eden

7 juin 2012 6 commentaires

Guns N’ Roses in Use Your Illusion I (1991)

En 1985, un nouveau groupe fait son apparition sur la scène rock internationale. Né de la fusion des groupes L.A Guns et  Holywood Rose, les Guns ‘N’ Roses, portés par le charisme de son chanteur-leader Axl Rose, et de son guitariste-chevelu, Saul Hudson (bon ok, Slash!), déboulent sans ménagement sur les Charts de tous les pays. Leur premier album, Appetite for Destruction, l’un des plus vendus de l’histoire, suffira à asseoir la bande à Axl sur le même banc que Led Zep, Pink Floyd, AC/DC, et autre Queen.

Bref, la mayonnaise a plutôt pris, vite et bien. Et puisqu’on ne change pas une équipe qui gagne (même si elle ne s’entend plus très bien), la bande parvient tant bien que mal à rester soudée pour nous pondre 2 nouveaux chefs-d’oeuvre. Use Your Illusion I et II, finissent en 1991, le travail commencé 6 ans plus tôt. En trois albums, les Guns sont entrés dans la légende. Le reste (les séparations, les coups bas, les retrouvailles médiatiques, les side-groupes, etc) ne sont que littérature.

Lire la suite…