Archive

Posts Tagged ‘Forrest Gump’

#72 – Clint Eastwood

Gorillaz in Gorillaz (2001)

Après Forrest Gump, voici Clint Eastwood ! On ne parle pas de cinéma mais toujours de rock, les amis. Gorillaz, c’est du rock bien réel mais basé sur un groupe virtuel créé de toute pièce par Damon Albarn (ex-Charmless Man de Blur) et Jamie Hewlett dessinateur de son état et qui a donné vie aux membres du groupe cartoonesque.

Mais pourquoi Clint Eastwood comme titre ? Lire la suite…

#19 – Forrest Gump

6 avril 2012 4 commentaires

Digitalism (featuring Julian Casablancas) in I Love You, Dude (2011)

 

« I Love You, Dude » est un album inspiré d’une bromance entre les deux musiciens de Digitalisim : Jence et Isi.

Mais qu’est-ce qu’une bromance ? La contraction entre Brother et Romance traduit une relation d’amitié forte entre deux hommes mêlant complicité et intimité tout en restant non-sexuelle. Ce type de relation a été popularisé par le show de CBS How I Met Your Mother et l’inénarrable Barney Stinson.

Julian Casablancas était en mâle d’amour avec ses potes de The Strokes au printemps 2011 alors que leur quatrième album tant attendu allait sortir. Les rumeurs les plus folles (pas follasses, hein on parle de bromance !) courraient, un peu comme Forrest Gump (je vous conseille l’article de DS sur Fortunate Son  au passage!).

Cependant la dernière rumeur a été vérifiée : leur album a été réalisé en deux fois, la partie instrumentale par le groupe sans Julian puis Julian sans le groupe pour enregistrer sa voix.  Entre temps il avait trouvé un peu de réconfort dans une bromance teutonne pour collaborer à cette chanson. La performance de Digitalism a été de le faire réellement chanter (on a déjà pu commenter son râle dans ces colonnes) mais aussi contribuer à l’écriture de la chanson.

Résultat, un croisement hybride entre rock newyorkais et résonnances électroteutonique (néologisme copyrighté par l’auteur de cet article) qui vous ravira les oreilles et les cœurs. And so you run !!

Let’s Rock Today(and Don’t Be Afraid To Love Your Friends Tomorrow)

LLLL

#14 – Fortunate Son

1 avril 2012 3 commentaires

Creedence Clearwater Revival in Willy and the Poor Boys (1969)

 

Il y a quelques semaines de cela, un vendredi soir pour être précis, alors que je tente vainement de me cultiver devant une éprouvante émission pseudo-philosophique sur l’incompréhension entre peuples et représentants politiques (elle est pas rock n roll ma soirée !?), je finis par gentiment somnoler… C’est à ce moment qu’un air familier me rappelle à la réalité. C’est « Fortunate Son » dans les hauts-parleurs et c’est le générique de fin (double bonne nouvelle !).

Première réaction : le rock est partout, et ça c’est bien ! Deuxième réaction : elle est quand même cool cette chanson, faudrait en parler dans LRT ! Troisième réaction : y aurait-il donc un message caché derrière ce choix de générique ! Malin le singe !

Direction wiki. Et là l’illumination. Je savais que Fortunate Son était associée au Vietnam, à la lutte pacifiste, et se trouvait en bonne place au générique de Forrest Gump (au moment de l’arrivée de Forrest et Bubba sur le champ de bataille). J’ignorais l’essentiel. Fortunate Son, comme son nom l’indique est un hymne révolutionnaire universel contre l’inégalité des chances (oui, ok il suffisait de lire les paroles…). Ce qu’elles ne disent pas cependant c’est qu’il s’agit d’un message indigné directement adressé au petit fils du président Eisenhower et à sa femme, nièce de Richard Nixon, qui, de par leur ascendance, évitent d’être enrôlés dans cette terrible guerre. Une guerre décidée par les élites et menée par les enfants des classes populaires (« Ooh, they send you down to war »). Une sorte d’Internationale dynamitée. Un cri du peuple envers ses représentants pour que les privilégiés, « les fils de », les  « fortunate sons » ne soient plus.  Et voilà, la boucle est bouclée.

Bref, c’était un vendredi rocko-philosophique.

Let’s Rock Today (and Rise Up Tomorrow)

DS

LR : La chanson est 99e selon le classement « Rolling Stone » des 500 meilleures chansons Rock de l’histoire.