Archive

Posts Tagged ‘Digitalism’

#158 – Left & Right in the Dark

Julian Casablancas in Phrazes for the young (2009)

Allo??? Le mec il a pas de shampooing ???

Allo??? Le mec il a pas de shampooing ???

7 jours à attendre. 7 jours à se demander de quel côté va pencher la balance. Pour quoi vous demandez-vous ? Pour un album : Comedown Machine. Le cinquième de The Strokes, d’un groupe dont on se sait même plus s’ils en sont encore un. La faute en particulier à leur leader charismatique : Julian Casablancas. Le 25 mars, le couperet tombera. A gauche, celui de One Way Trigger, ovni aigu et synthétique qui a déçu les fans ou à droite, celui de All The Time, déjà un classique made in The Strokes. En attendant je reste dans le noir, avec pour seule lueur d’espoir, celle du cierge que je viens d’allumer…

Lire la suite…

#19 – Forrest Gump

6 avril 2012 4 commentaires

Digitalism (featuring Julian Casablancas) in I Love You, Dude (2011)

 

« I Love You, Dude » est un album inspiré d’une bromance entre les deux musiciens de Digitalisim : Jence et Isi.

Mais qu’est-ce qu’une bromance ? La contraction entre Brother et Romance traduit une relation d’amitié forte entre deux hommes mêlant complicité et intimité tout en restant non-sexuelle. Ce type de relation a été popularisé par le show de CBS How I Met Your Mother et l’inénarrable Barney Stinson.

Julian Casablancas était en mâle d’amour avec ses potes de The Strokes au printemps 2011 alors que leur quatrième album tant attendu allait sortir. Les rumeurs les plus folles (pas follasses, hein on parle de bromance !) courraient, un peu comme Forrest Gump (je vous conseille l’article de DS sur Fortunate Son  au passage!).

Cependant la dernière rumeur a été vérifiée : leur album a été réalisé en deux fois, la partie instrumentale par le groupe sans Julian puis Julian sans le groupe pour enregistrer sa voix.  Entre temps il avait trouvé un peu de réconfort dans une bromance teutonne pour collaborer à cette chanson. La performance de Digitalism a été de le faire réellement chanter (on a déjà pu commenter son râle dans ces colonnes) mais aussi contribuer à l’écriture de la chanson.

Résultat, un croisement hybride entre rock newyorkais et résonnances électroteutonique (néologisme copyrighté par l’auteur de cet article) qui vous ravira les oreilles et les cœurs. And so you run !!

Let’s Rock Today(and Don’t Be Afraid To Love Your Friends Tomorrow)

LLLL