Archive

Posts Tagged ‘Blues’

#252 – Time Waits For No One

The Rolling Stones in It’s Only Rock ‘N Roll (1974)

Mick taylor ieuvMercredi, vous avez pu (re) découvrir l’histoire de Mick Taylor et son ascension au sommet du panthéon du rock, au moins pour le début des années 70. Suite et fin donc… Même si le blues rock ne meurt jamais… Lire la suite…

Publicités

#251 – Sway

The Rolling Stones in Sticky Fingers (1970)

Mick taylorA la question : « quel est le plus grand groupe de rock encore en activité aujourd’hui ? », la réponse serait logiquement The Rolling Stones. A la question : « Citez moi le nom d’un des guitaristes des Rolling Stones », les noms les plus souvent cités seraient Keith Richards (et c‘est bien logique), Brian Jones ou Ron Wood avec un peu de chance et de culture musicale. Combien de petits malins pourraient répondre à cette même question : « Mick Taylor » ? Bien peu hélas ! Et pourtant, Mick Taylor est l’un des membres majeurs qu’aient connu les Stones, puisqu’il a participé à l’enregistrement, entre de 1969 et 1974, des plus grands albums du groupe et en globalisant, de l’histoire du Rock.

Lire la suite…

#242 – Too Much Alcohol

26 février 2014 3 commentaires

Rory Gallagher in Irish Tour ’74 (1974)

 

GallagherEn ce moment, on tire un peu la langue chez LRT. L’inspiration vient mais plus difficilement et surtout convainc beaucoup moins. Oui, comme toute activité, la rédaction d’article sur ce blog est cyclique. Nous sommes un peu en dedans, mais nous sommes là. Toujours prêts à vous servir ce que nous avons de meilleur pour les oreilles. Je pars du principe que chaque « problème » a sa « solution ». Point de problème majeur ici, mais une solution que je tente de mettre en place ici : revenir aux basiques. Et dans les basiques, dans mes basiques, il y a la guitare, il y a Gallagher. Mais pas forcément celui (ou ceux) à qui l’on pense instinctivement (surtout si vous êtes assidus…). Faites place au grand Rory (aucun lien)…

Lire la suite…

#229 – Yellow Brick Road

20 décembre 2013 Commentaires fermés

Angus & Julia Stone in Down The Way (2010)


 

Angus et Julia : deux talents hauts (en couleur) !

L’attente immense que deux mois d’absence ont pu susciter chez les lecteurs de ce blog pèse aujourd’hui comme un roc(k) sur mes grands bras maigres. Un peu comme le pauvre cuistot du Burger King de Saint-Lazare qui entend la foule piétinner à la porte, et qui ne peut empêcher sa main de trembler en retournant le steack trop cuit du tout premier Whopper parisien, me voilà écrasé par la pression de mon premier come-back médiatique ! 

[Allez DS, reprend toi ! Tu sais bien qu’il n’y a que toi qui a remarqué ton absence !]  Lire la suite…

#167 – Since I’ve Been Loving You

Led Zeppelin in Led Zeppelin III (1970)

 

Jimmy Page et Robert PlantLa première fois reste toujours gravée dans un coin de l’esprit. Qu’elle soit désastreuse ou magique, la première fois reste et restera un souvenir impérissable, traversant les âges, malgré toutes les autres expériences qui lui auront succédée.

Nous sommes en juillet 2002, juste après mes épreuves de Bac. A l’époque j’avais 17 ans, et je ne connaissais rien à la vie : je n’avais jamais goûté à l’amour charnel, je n’avais jamais eu de guitare entre les mains, je n’avais jamais chanté dans un micro, je n’avais pas encore mis les pieds dans une résidence étudiante. Mais surtout… Je n’avais jamais écouté Led Zeppelin. Bref, j’étais neuf, vierge de tout.

Lire la suite…

#155 – The Bluest Blues

8 mars 2013 1 commentaire

Ten Years After in « Pure Blues » (1975)

 

Gratter ou creuser, pourquoi choisir ?

Ma brève (mais intense) expérience de la vie me mène, certains soirs spirituels (comprendre : les soirs de surdosage en spiritueux), à débiter aux amis du débit des thèses philosophiques toutes personnelles, mais néanmoins universellement vraies et particulièrement clairvoyantes ! C’est en toute sobriété que je vous offre, à vous lecteurs avisés, une de ces théories de mon cru, merveilleusement concentrée en une maxime percutante et définitive :

« Deux types d’hommes composent notre monde : ceux qui grattent et ceux qui creusent. » Imparable, n’est-ce pas ?

Il y a bien sûr aussi ceux qui se grattent et ceux qui se creusent. Mais vous remarquerez que les catégories se superposent inévitablement, puisque ceux qui se grattent ont naturellement tendance à gratter avec avidité autour d’eux, tandis que ceux qui se creusent, rechignent rarement à creuser avec la même énergie (hit music only) en terre étrangère. Si vous me suivez encore, vous faites indubitablement partie de la seconde catégorie, celle des creuseurs, même si en me lisant vous vous grattez frénétiquement le crâne, en marmonnant nerveusement : « qu’est-ce qu’il me veut encore celui-là ?! ».

Mais je ne vous veux que du bien, rassurez-vous. Et d’ailleurs ce n’est ni de moi ni de vous qu’il s’agit, mais bien d’Alvin Lee, gratteur de génie et creuseur impénitent. Et oui, vous avez bien entendu : Alvin Lee gratte et creuse de concert ! Et c’est d’ailleurs en concert que le monde médusé découvre cette chimère monstrueuse.  Lire la suite…

#130 – You Can’t Always Get What You Want

21 décembre 2012 5 commentaires

The Rolling Stones in Let It Bleed (1969)

 

Message à tous mes détracteurs !

Devant l’indescriptible tollé que ma dernière provocation musicale a soulevé parmi les foules, je me dois de redresser la barre d’une chaloupe à la dérive. Tel César au centre d’une arène écumante de rage, lui réclamant à cor et à cri l’exécution sommaire du pauvre gladiateur, il me faut désormais m’effacer derrière le peuple et obéir. Et pour que justice soit rendue, la sentence devra être à la hauteur de la colère.

Vous voulez donc voir le Rock couler ? Vous souhaitez entendre les vibrants tambours du condamné ? Vous voulez humer le souffre de la révolte ? Je baisse donc le pouce devant vous et je dis : « Tiens, oh peuple de LRT ! Ceci est mon sang ! Par qui vient le miracle de la vie et de la renaissance ! Celui qui coule dans les veines du Rock ! Après le pastiche, voici l’original. Après la brise, la tempête.  Après la fourmi, le Léviathan. Après l’anecdote, la Légende. Je t’offre en pâture le Saint Graal. La pierre de Fal (qui roule). J’ai nommé les Rolling Stones ! Sauras-tu encaisser le choc ? » Lire la suite…

%d blogueurs aiment cette page :