Archive

Posts Tagged ‘Black Sabbath’

#262 – Thanks For The Line

The Birds Of Satan in The Birds Of Satan (2014)

 

The-Birds-Of-Satan

Voilà quelque chose que je n’avais encore jamais fait : écrire un article sur une chanson que je viens d’entendre pour la première fois ce matin. Alors certes à la vue du casting du groupe que je vous propose d’écouter, je savais pertinemment où je mettais les pieds et ça facilite donc grandement la chose. Mais d’où sortent-ils  ces oiseaux de Satan, et surtout qui sont-ils ?

Lire la suite…

Publicités

#3 – Black Cab Society

15 octobre 2013 Laisser un commentaire
les 5 roues du BCS !

Les 5 roues du BCS !

Pour le troisième opus de sa rubrique « Découvertes », Let’s Rock Today continue l’aventure avec un nouveau « petit » groupe : Black Cab Society. Soulignez les guillemets autour du qualificatif « petit » car comment pouvons-nous affubler ce « petit » à Black Cab Society, un groupe qui a déjà sorti en 2012 un excellent premier double EP « Don’t Walk Out of the Line » (disponible sur Deezer ici) et qui vous présente leur premier clip Steve McQueen à l’esthétique et à la réalisation qu’aucun « grand » groupe ne renierait.

En fait, selon nous, la seule différence marquante entre un « petit » et un « grand » groupe est la notoriété, comme a pu l’expliquer DS dans cet excellent article sur Travis. Et c’est dorénavant la modeste contribution de LRT que de mettre la lumière sur ces groupes qu’on aime.

Alors lors d’un samedi après-midi de début d’automne, 2/3 de LRT ont pris plaisir à rencontrer, apprécier et découvrir les Black Cab Society.

 

Introducing Black Cab Society

Pour commencer cette après-midi en leur compagnie, nous avons été cordialement été invités à participer à leur répétition (on était un peu les filles d' »Hélène et les Garçons ») précédant leur concert du soir à « La Dame de Canton ». Lire la suite…

Topology #3 – On The Road with Jesse Hughes

16 novembre 2012 1 commentaire

« Helloooooo motherfuckeeeeeeeeeers ». Ah, Jesse Hughes est dans le coin ! Grand amateur d’humour gras et de bons mots, le leader d’Eagles Of Death Metal (un des chouchous LRT) monte dans son camion pour la saison 3 d’On The Road – Webserie sponsorisée Marshall Headphones, testé et approuvé par LRT, et diffusée sur Vice. Sur la route donc (oui je suis bilingue) des Midlands anglais, à la découverte des origines du heavy metal. Car oui, le heavy est bien né en Angleterre. L’occasion pour Jesse de rencontrer des idoles, des magiciens et des studios. L’occasion pour LRT d’en faire son 3e Topology. Embarquement immédiat pour les meilleurs moments de cette 3e saison. ROCK ON! (cliquez sur les liens pour voir les épisodes !).

Vice a sorti la version longue de cette 3e saison d’On The Road. LRT partage… Bonne régalade !

10 –Marshall, son Made In EnglandS03E02

Si cette webserie existe, c’est grâce à Marshall. On ne leur en voudra donc pas pour leur petite propagande par ci par là. En l’occurrence ce petit tour de l’usine de Milton Keynes est bien senti. Marshall fabrique ses amplis en local et garde son esprit vintage hérité des contributions de légendes comme Hendrix ou Townshend qui ont contribué à leur manière à la naissance du son heavy.

9 –Le WonderwallS03E04

La visite du studio Rockfield (nous y reviendons) passe par un muret sur lequel Liam et Noel Gallagher se sont assis lors de l’enregistrement de leur 2e album (What’s The Story?) Morning Glory. Ca a l’air con comme ça, mais moi ça m’a fait chaud n’au cœur de savoir que le vrai Wonderwall existe !

8 – Comité d’accueilS03E02

L’épisode 2 de la saison commence par une surprise pour Jesse et pour nous : une chorale 100% féminine (y avait pas Isabelle Alonzo, j’ai checké. Elle n’aurait pas fait tâche au vu des déguisements des chanteuses ceci dit) interprétant a capella (ou presque) War Pigs, un des titres les plus mythiques de Black Sabbath.

7 –Heavy in covers S03E04

Dans les années 70, des artistes étaient associés à la confection des pochettes d’albums. On connaît Factory Records et Peter Saville, qui ont confectionné les pochettes parmi les plus démentes (notamment pour joy Division), mais Jessee nous présente le sosie de Gandalf, designer pour Black Sabbath, Motorhead ou le magasine Kerrang. L’occasion de voir ou re-voir ces œuvres qui font aussi partie de la légende heavy metal. Pour la route, Jesse nous apprend un nouveau mot : « bro-job ». Je vous laisse faire votre propre (sic…) définition.

6 –Old and loud S03E04

Toujours aux studios Rockfield, qui fait partie de ces hauts lieux de l’histoire de la musique britanique, une pièce inamovible, une sorte de pierre angulaire trône entre ses murs : « The most wanted amplifier in the world » Si vieux qu’il rendrait des cheveux longs et un headbang tout neuf à votre grand père ! La légende dit qu’on n’en trouve pas un autre qui crache aussi fort. Et j’ai bien envie de la croire…

5 –Ozzy Stories S03E05

Autour du Crobar, à Soho, London, on peut rencontrer Barrie, roadie de son état et plein de bonnes histoires à raconter sur l’ami Ozzy. Vous vous imaginez qu’on ne peut pas toutes les diffuser (déjà parce que ça prendrait des jours et ensuite parce que tout n’est pas forcément toujours racontable…), mais l’histoire des mini Osbounes, souhaitant joyeusement « good night daddy » à papa Ozzy, complètement pété, affalé sur le sol de sa maison et donc ne les calculant même pas, est quand même délicieuse. Un père modèle, ce Ozzy…

4 –Roadies are part of the bandS03E06

Roadie d’un groupe de heavy, c’est certainement le métier le plus cool du monde : on récolte ce que les autres sèment. Ca vaut pour l’alcool, les vannes, les filles, etc… « All for 1. 1 for all ». Les roadies de la scène heavy metal anglaise sont respectés et font partie intégrante des groupes. Ils doivent certainement beaucoup à Lemmy, lui-même ancien roadie et donc grand défenseur de leur cause. En gros, ce passe est sur les roadies !

3– Arts plastiques – S03E06

Allez les filles, avouez… Vous auriez rêvé avoir cours d’arts plastiques de ce genre !! Plaster Caster, c’est le nom d’une groupie, Cynthia, dont le sport favori était de se faire attraper par les rock stars. Mais vu que c’était pas assez marrant, elle a décidé de Plaster Caster… Leurs sexes !!! Jessee a l’air tout émoustillé de tenir un moulage de l’engin moulé de Hendrix à pleine main (et il faut bien ça !). L’histoire ne dit pas si Cynthia a bel et bien gardé un souvenir de ce bon Jesse, qui pour le coup n’en demandait pas tant ! Ah, les femmes…

2 – Walk of OzzS03E03

Ici, Jessee nous amène à l’endroit où a grandi Ozzy, où Black Sabbath s’est formé. Evidemment, il s’agit de maisons toutes identiques les unes aux autres, en pierre rouge et sans aucune intimité. Des corons quoi ! Et pourtant… Musique mystique et spirituelle, image ralentie… Il y est. Il la voit. Telle le St Graal du metal, Jesse foule la rue où le petit Ozzy a sévi étant jeune. Un beau retour en enfance sous forme d’hommage plein de respect pour le magicien.

1 –Vont-ils revenir ?S03E01

Le premier épisode de la saison est pour moi le meilleur. Difficile de retenir les meilleurs moments d’une discussion entre Jesse et une de ses plus grandes idoles, Bill Ward, batteur de Black Sabbath. Certes, Bill Ward n’a plus 20 ans, toutes ses dents, tous ses cheveux et tous ses abdos. Mais quand même. Bill Ward, « The swing and the dick of heavy metal », avouant que Sabbath a encore de la ressource, des enregistrements qui dormant dans des placards, avouez que ça en jette quand même.

Bonus –Wanna ride? S03E06

Jesse s’offre un petit plaisir pour conclure cette 3e saison d’On The Road : un road trip dans London, à l’arrière de son camion, entonnant War Pigs à fond de calle dans deux casques Marshall (of course…) reliés à un ampli… Marshall (c’est bien vous suivez). Bref, marrant quoi.

#108 – Mr Crowley

31 octobre 2012 2 commentaires

Ozzy Osbourne in Blizzard Of Ozz (1980)

Ahhh… Ozzy. Complexe le monsieur. Complexe. Capable du meilleur (auteur-compositeur-frontman comme on en a peu fait, père du métal…) comme du pire (les classiques alcool/drogue, mais aussi la télé réalité, l’accident de quad qui failli le tuer, ou autre), il n’a pas manqué de faire parler de lui depuis ses très prolifiques sixties.

Alors autant la fin de sa période Black Sabbath a fini en jus de boudin, autant les débuts de sa carrière solos ont été ‘to say the least’… réussis ! Et quoi qu’on en dise, Ozzy aura toujours bien su s’entourer. Et puis il y eut Randy Rhoads. L’histoire d’une évidence… Lire la suite…

#39 – Communication Breakdown

26 avril 2012 6 commentaires

Led Zeppelin in Led Zeppelin (1969)

 

Nous continuons ici le chapitre ‘Hard Rock/Métal : les grands débuts‘ de « l’encyclopédie – avec un petit « e », pour l’instant – LRT » puisqu’après Ozzy et son Black Sabbath, nous vous proposons l’écoute et l’étude (dans le sens très humble du terme…) d’un autre pionnier de ce genre à part : Communication Breakdown, by Led Zep. Bon, dit comme ça, ça fait un peu Flower by Kenzo, mais je vous jure qu’on est loin des froufrous et des paillettes.

Lire la suite…

#37 – Joker & The Thief

Wolmother in Wolmother (2006)

« Joker and the Thief », c’est tout d’abord une intro toute en puissance qui monte, qui monte, qui monte… jusqu’à ce qu’Andrew Stockdale envoie du gros riff de guitare et enchaine les premières paroles avec son timbre si particulier !  D’ailleurs, la chanson a été écrite d’après un des tubes les plus repris de Bob Dylan « All Along The Watchtower »  mais popularisé six mois après sa sortie par Jimi Hendrix. Wolmother possède un style musical directement inspiré des groupes de cette époque : Led Zeppelin, Black Sabbath ou encore The Doors. En gros, ca envoie du très lourd !! Et c’était à vérifier sur scène ! Lire la suite…

#7 – Black Sabbath

25 mars 2012 6 commentaires

Black Sabbath in Black Sabbath (1970)

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Ozzy et ses compères n’ont pas fait preuve d’une grande originalité lorsqu’il s’agissait de mettre des noms sur leur début de carrière. Par contre, guitare et baguettes en main, c’était une autre histoire. Black Sabbath est le premier morceau à introduire le

concept de « Heavy » dans la musique rock. Et c’est bien simple, tout y passe : ambiance mortuaire (pluie, tonnerre, impression de froid), paroles sataniques et par-dessus tout, l’apparition du riff diabolus in musica (pour les spécialistes, riff en progression harmonique avec une 5e diminuée. Vous savez pas ce que c’est ? moi non plus ! ;-)) qui nous donne carrément l’impression d’être en concert au beau milieu d’un cimetière.

Une chanson qui laisse libre cours à l’imagination de chacun. Personnellement, j’adore l’écouter tout seul dans le noir complet… Mufasaaaaaaa !!!!!!!!!

Let’s Rock Today (and Be Scared Tomorrow)

Matt