Archive

Posts Tagged ‘Alternative Rock’

#187 – Highly Evolved

29 mai 2013 3 commentaires

The Vines in Highly Evolved (2002)

 

Trop la flemme de mettre une vraie légende…

Cette semaine, je me sens extrêmement fainéant. Mais vraiment. Vraiment vraiment. Un peu comme The Vines avec Highly Evolved. 90 Secondes. Voilà, c’est bon, c’est fait, c’est dans la boite. Plus qu’à tourner un clip. Bah on n’a qu’à rester dans la même veine (vine ?) : si on filmait une aiguille d’ampli pendant 90 secondes, ça serait parfait ! Allez, vendu. Lire la suite…

#184 – Laid

James in Laid (1997)

 

Je ressors la vanne du shampooing ou ça ira ?

Aujourd’hui, je vous propose d’écouter, découvrir ou redécouvrir un énième friandise made in Manchester. Et pour le coup, celle-ci est vraiment du cru. Découverte lors d’une des nombreuses soirées dans le meilleur club du monde (si, je vous jure. Ne me contredisez pas. Pas là dessus. Merci !), j’ai nommé le magnifique 42nd Street. Si vous êtes des habitués, ça doit vous parler car on en a parlé au travers des exceptionnels Teenage Kicks et Let’s Dance To Joy Division, mais c’était il y a longtemps, je vous l’accorde…

Ces 2min30 résonnent comme un hymne indie que chaque nation se DOIT d’envier aux anglais. D’une simplicité déconcertante, le refrain ne laisse personne indifférent et force même tout le monde à hurler de son timbre le plus aigu, quitte à froisser les oreilles chastes d’une gente demoiselle qui passerait à côté pour commander sa 5e double vodbull de la soirée. Lire la suite…

#138 – Pork And Beans

23 janvier 2013 Laisser un commentaire

Weezer in Weezer – The Red Album (2008)

 

Cette chanson est un phénomène. Mais attention, pas parce que le chanteur de Weezer, enlunetté de ses montures de plastique noir (je ne peux qu’être fan) ‘chanteu bieng‘, mais bien grâce à ce clip vidéo qui restera comme une des plus marquants de l’histoire.
Lire la suite…

#129 – Bohemian Like You

19 décembre 2012 3 commentaires

The Dandy Warhols in Thirteen Tales From Urban Bohemia (2000)

 

En voilà un groupe qu’il est classe. Dans tous les sens du terme. Leur son est classe, et leur style est classe. Certes ça ne peut pas plaire à tout le monde (comme le rock), mais il est certain que The Dandy Warhols est peut-être le groupe le plus cool (c’est pour pas répéter « classe ») de mon répertoire. Et pourtant, dans mon iPod on trouve du ABBA du Bee Gees ou du Michel Polnareff (à moins que ce ne soit le G). En plus leur nom, déjà un « play on words » en anglais (parait que Warhol il est connu…), est facilement vannable en français : « cette oeuvre Dandy Warhol est vachement belle ». Ou encore « qui d’Andy ou Harold lui dit oui ? » (comment ça c’est tiré par les cheveux ???) Lire la suite…

#112 – There Goes The Fear

9 novembre 2012 Laisser un commentaire

Doves in The Last Broadcast (2002)

 

Puisque ces temps ci, la série dicte sa loi sur LRT, je me dois d’y succomber à mon tour. Et puisque c’est de trilogie qu’il s’agit, il me fallait trouver le lien entre un Phoenix, des ailes, et les colombes du jour. Il fallait que je trouve un lien. La cohérence de notre sacro-sainte ligne éditoriale en dépendait. Le serment de la rockology était en jeu. J’ai donc cogité comme un forcené. Et puis ce fut la révélation. L’évidence. Vous l’avez même peut-être deviné.

Ce qui unit ces trois groupes, c’est qu’ils se rapportent tous à des oiseaux trajectoires marquées par la résurrection, le renouveau, la deuxième chance.

Mais oui. Souvenez-vous. Phoenix quitte les scènes parisiennes pour trouver son glorieux second souffle à l’étranger. Paul le Beatles survit à la destruction du temple et construit avec The Wings sa nouvelle voie musicale. Aujourd’hui, nous avons affaire à un troisième cas de renaissance. Et pas des moindres.  Figurez-vous (allez-y figurez-vous…) que notre groupe a failli verser de manière durable dans … (« Oh ! Chère ligne éditoriale, excusez le sacrilège ! ») …  la Dance Music !

C’est même cette pente savoneuse   Lire la suite…

#105 – Nancy Boy

24 octobre 2012 Laisser un commentaire

Placebo in Nancy Boy Single (1997)

 

Qu’on ne se méprenne pas, je plante directement le décor : je ne suis pas un grand fan de Placebo. Voilà, c’est dit. Brian Molko, bien que je lui reconnaisse un certain charisme, une réelle intelligence et une culture hors pair pour le milieu, héritée probablement de ses lieux de vie (Ecosse, Liban, Luxembourg d’où il tient son français impeccable – pour un Luxembourgeois j’entends bien), sa voix de col vert déprimé ne m’est que peu supportable. Sans parler de cette allure d’androgyne volontairement provocatrice et entretenue, largement assumée. Lire la suite…