Archive

Posts Tagged ‘42nd street’

#184 – Laid

James in Laid (1997)

 

Je ressors la vanne du shampooing ou ça ira ?

Aujourd’hui, je vous propose d’écouter, découvrir ou redécouvrir un énième friandise made in Manchester. Et pour le coup, celle-ci est vraiment du cru. Découverte lors d’une des nombreuses soirées dans le meilleur club du monde (si, je vous jure. Ne me contredisez pas. Pas là dessus. Merci !), j’ai nommé le magnifique 42nd Street. Si vous êtes des habitués, ça doit vous parler car on en a parlé au travers des exceptionnels Teenage Kicks et Let’s Dance To Joy Division, mais c’était il y a longtemps, je vous l’accorde…

Ces 2min30 résonnent comme un hymne indie que chaque nation se DOIT d’envier aux anglais. D’une simplicité déconcertante, le refrain ne laisse personne indifférent et force même tout le monde à hurler de son timbre le plus aigu, quitte à froisser les oreilles chastes d’une gente demoiselle qui passerait à côté pour commander sa 5e double vodbull de la soirée. Lire la suite…

#30 – Teenage Kicks

17 avril 2012 4 commentaires

The Undertones in Teenage Kicks Single (1978) and The Undertones (1979)

 

Attention, alerte hymne.

Mon compère LLLL vous a parlé des escapades mancuniennes au 42nd Street. Et bien c’est à ce même endroit que j’ai entendu pour la première fois ce titre. Accroche immédiate, coup de foudre, envie de l’écouter en boucle… Et dès les premières mesures, les « jeunes fougueux » (dont nous faisions partie à l’époque) sautaient partout, se tenant bras dessus bras dessous, comme si tous étaient amis depuis toujours.

A ce moment précis, pas d’iPhone. Pas d’iPhone, pas de Shazam. Pas de Shazam, pas de nom sur un son. Pas de nom sur un son… Et bien il y a toujours le copain briton. En rentrant, direction la toile, et écoute acharnée. Lire la suite…

#6 – Let’s Dance To Joy Division

24 mars 2012 3 commentaires

The Wombats in The Wombats Proudly Present: A Guide to Love, Loss & Desperation (2007)

Il fut un temps où nous trainions nos guêtres avec mon acolyte Matt sur le dancefloor de 42nd street, une boite branchée indie rock de Manchester. Lors d’un week-end « mancunian revival » et un passage obligé dans ce bon nightclub, en plus de prendre une claque à base de Vodbull (je vous laisse deviner le sens de la contraction), j’ai pris une claque musicale… Après deux mesures de ce morceau, que dis-je, deux notes, l’ensemble de la boîte était devenu hystérique. Les filles criaient, les brits beuglaient (je sais bien que le Brit n’est pas un animal, mais en soirée…) et les lattes du parquet étaient devenues élastiques sous la pression des sauts -presque- légers. Tout était réuni pour vous entrainer à partager un hymne générationnel, un vrai.

Cette chanson est inspirée d’une anecdote du chanteur Matthew Murphy. Lors d’une soirée au Bateau à Liverpool, le DJ passa le très déprimant « Love Will Tear Us Apart » de Joy Division qui eut le résultat inattendu de lancer la soirée. Au final, le même effet spécial que « Let’s Dance to Joy Division » à 42nd street…

Let’s Rock Today (and Let’s Dance To The Wombats Tomorrow)

LLLL

LR : Il y a plusieurs références à Joy Division dans les paroles de la chanson en particulier, « Let the love tear us apart ».

LR2 : Si jamais vous pensez allez voir The Wombats en concert (et je vous le conseille vraiment, c’est un vrai groupe de Live), faites attention car cela peut cacher un concert de Julien Doré (encore une autre anedocte).