Archive

Archive for the ‘A Day In The Rock’ Category

#258 – Knocked up

Kings of Leon in Because of the Times (2007)

 

Fallait engager un aigle pour chasser les pigeons…

Je vais être honnête avec vous, je ne connais pas trop l’oeuvre riche et fournie des Kings of Leon. Peut-être parce que je ne suis pas américain et que mon influence rock est surtout british. Le quatuor à une immense côte de popularité outre-atlantique et si j’avais été un gros fan je ne me serais pas permis de faire une vanne comme celle qui va suivre : les moules frites, je les aime chez Kings of Léon de Bruxelles. Voilà. Et rien à voir avec le rock belge.

#256 – School

3 avril 2014 3 commentaires

Supertramp in Crime Of The Century (1974)

Carlos à droite ??

Carlos à droite ??

Le très bon et très caustique article, publié ce 1e Avril par mon ami LLLL, montre une chose : le bashing, ça marche, et tirer sur l’ambulance, c’est plutôt facile. Je vous le dis, j’aurais très bien pu prendre cette voie pour vous décrire ce que Supertramp est pour moi : un groupe de folk festif has-been de hippies refoulés à voix de châtrée. Et même si DS a magnifiquement rendu hommage au duo Hodgson-Davies, en allant même jusqu’à les comparer à Lennon-McCartney (oui, c’est un grand malade), ça ne me suffisait pas.

Bon, je suis quand même obligé d’avouer que School m’a toujours particulièrement fait vibrer. Comme quoi je ne suis pas que de mauvaise foi. J’étais jusqu’à peu, très loin de m’imaginer l’impact que ce titre pouvait avoir, tant sur mon appréciation d’un album (que je ne connaissais tout simplement pas) que sur ma perception d’un groupe qui jusque là, n’appartenait pas à mon modeste Panthéon.

#255 – Le Chemin

1 avril 2014 1 commentaire

Kyo in Le Chemin (2003)

 

Et hop un NRJ Music Award pour Kyo

10 ans que j’attendais. 10 ans que je n’y croyais plus… 10 ans que j’attendais que Kyo reviennent me sauver de la médiocrité de la chanson française actuelle. C’est cette semaine que sort le nouvel album tant attendu L’équilibre. 10 ans que je pensais qu’ils s’étaient perdus sur Le cheminPourtant le leur était tout tracé : le succès, des paroles profondes et universelles, une mélodie percutante et travaillée avec les plus grands. Je pense bien évidemment à Sita (non rien à voir avec SITA, le leader de l’offre de solutions de gestion et de valorisation des déchets, expert de l’ensemble du cycle du déchet) mais la gagnante de la Star Ac’ hollandaise. Vermeulen de son nom de famille, il n’y a pas plus flamand ! Mais avant de connaitre le succès, ils ont travaillé avec le plus grand : David Hallyday. Le seul, l’unique fils de.  Ils font ses premières parties en 1999 et vont même jusqu’à jouer en playback dans le clip de la très oasisienne Pour toi, ils n’ont pas peur de sortir des sentiers battus et cela leur vaut leur toute première reconnaissance. Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?

#254 – Five Hundred Miles

28 mars 2014 Laisser un commentaire

Justin Timberlake – Carey Mulligan – Starcks Sand in Inside Llewyn Davis BO (2013)

 

Plus folk tu meurs !

Le folk, c’est d’abord une musique enracinée, une musique folklorique. Le folk a quelque chose du raï, du fado, du kezmer appliqué au pays-continent américain. C’est loin de nous, dans l’espace et dans le temps. Difficile pour un plus-si-jeune français de se retrouver dans une musique qui n’a bercé ni son pays et ni sa tendre enfance. Il faut se rendre tout de suite à l’évidence : le folk nous sera toujours un peu étranger.

Déshabiller Rock pour habiller Folk

Mais rien n’est perdu pour qui sait écouter.

Car le folk américain a eu la bonne idée de se faufiler incognito dans nos oreilles. Pour cela, il a dû s’insérer dans les failles et prendre les traits de la variété ici, du rock ailleurs.

C’est comme cela, déguisé, maquillé, travesti, qu’il a voyagé hors des grandes vallées américaines et a pu rayonner un temps dans le monde (avec Bob ou Joan).  Et c’est pourquoi le folk est toujours vivant, dans notre « pop-world-music » et jusque dans nos caveaux parisiens.

Insidieusement, le folk nous a nous aussi un peu construit musicalement et culturellement. Prenez « Si j’avais un marteau » : des salles de ricains passionnés reprenaient bien avant les fans de Cloclo le refrain entraînant de Pete Seeger. Je n’avais jamais bien compris le sens et le succès de cette bouse yéyé chanson. Si j’avais un marteau, j’aurais cogné sur Cloclo (ses frères et ses soeurs) pour qu’il cesse tout de suite le massacre (ce serait le bonheur…).

Mais voilà que tout s’éclaire d’un jour nouveau quand on l’écoute de l’autre côté de l’Atlantique. On retrouve une chanson traditionnelle, acoustique, simpliste comme un hymne de supporters, et qui clame un retour aux sources, à un autre mode de vie.

Pour raviver ce folk là, la sobriété des pionniers du genre, Justin Timberlake a dû se désapper, tomber la chemise à paillette, baisser un peu la lumière, et stoper son move sur le flow… Un pull bleu pâle sur une chemise sans carreau, une guitare sèche autour du cou, une voix plus suave que jamais, et nous voilà 60 ans en arrière, sur la scène live d’un bar new-yorkais en compagnie de folkeux purs et doux. Lire la suite…

#253 – The Day That Never Comes

Metallica in Death Magnetic (2008)

The Four Horsemen

2002, le groupe est à deux doigts de l’implosion. Sans bassiste attitré, Metallica doit pondre un album. Mais entre les prises de bec, les cures de James Hetfield, et le manque d’inspiration, le projet est retardé.  Tout ceci vous est décrit dans le documentaire Some Kind Of Monster. Il est à voir, à revoir et à faire voir. En 2003, le quatuor, survit à ça et pond St Anger. Un projet mort-né, aux idées terribles, et a la prod immonde. Mais, le fait d’avoir fait ça à permis deux choses :

Premièrement, on assiste à l’arrivée de Robert Trujillo dans le rôle de bassiste officiel, et, deuxièmement, Metallica sort de cette tourmente, plus fort, et déterminé à botter des culs. Lire la suite…

#252 – Time Waits For No One

The Rolling Stones in It’s Only Rock ‘N Roll (1974)

Mick taylor ieuvMercredi, vous avez pu (re) découvrir l’histoire de Mick Taylor et son ascension au sommet du panthéon du rock, au moins pour le début des années 70. Suite et fin donc… Même si le blues rock ne meurt jamais… Lire la suite…

#251 – Sway

The Rolling Stones in Sticky Fingers (1970)

Mick taylorA la question : « quel est le plus grand groupe de rock encore en activité aujourd’hui ? », la réponse serait logiquement The Rolling Stones. A la question : « Citez moi le nom d’un des guitaristes des Rolling Stones », les noms les plus souvent cités seraient Keith Richards (et c‘est bien logique), Brian Jones ou Ron Wood avec un peu de chance et de culture musicale. Combien de petits malins pourraient répondre à cette même question : « Mick Taylor » ? Bien peu hélas ! Et pourtant, Mick Taylor est l’un des membres majeurs qu’aient connu les Stones, puisqu’il a participé à l’enregistrement, entre de 1969 et 1974, des plus grands albums du groupe et en globalisant, de l’histoire du Rock.

Lire la suite…

#250 – Howl

Beware Of Darkness in Orthodox (2013)

Beware of Darkness

« Bonjour à toutes et à tous, nous sommes le lundi 17 mars, il est 15h et nous avons le plaisir de passer cette belle et douce journée ensoleillée en compagnie de Beware Of Darkness. Cocktail, monoï, chaise longue et leur titre « Howl », pour accompagner le tout. Bonne dégustation à vous. » Lire la suite…

#249 – Your Wish

14 mars 2014 1 commentaire

Talisco in EP n°1 (sortie de l’album en mai 2014)

« Mais non ?! » 

Faut pas le prendre comme ça !

Etrange comme la langue parlée charie régulièrement et sans prévenir une nouvelle mode lexicale. Par sa simplicité et ses sonorités rondes, le « Mais non ? » a fini de séduire son monde. Pour le pratiquer c’est très simple : lancez une rapide syncope du « mais » avec prolongation à l’envie du « non » final (accompagnées si possible de gros yeux de merlan frit ? – comment ça on ne dit plus « merlan frit » depuis des lustres ? – comment ça on ne dit plus « des lustres » depuis belle lurette ? – etc.).

Arboré discrètement par certains early adopters au sein des cercles intimes, le syntagme a traversé les couches sociales, adopté par des influenceurs de tous bords et désormais seule bonne manière de marquer l’étonnement en public pour qui veut être dans le coup. Terminé les « Ah bon ? », « Tu déconnes ? », C’est une blague ? », et autre « Bigre ! » qui ponctuaient précédemment nos abasourdissements.

Peut-être y a-t-il de mystiques raisons qui viendraient expliquer l’avènement actuel du « mais non » ?  Au coeur des temps obscurs, notre nouveau moyen-âge y a sans doute vu un premier pas vers l’ère lumineuse du « mais si » ? Mystère de la sémantique appliquée…

Ce petit interlude n’a pour ainsi dire aucun lien avec le morceau du jour. Lire la suite…

#248 – I’m Coming For You

12 mars 2014 4 commentaires

Triggerfinger in All This Dancin’ Around (2010)

What else...

What else…

L’inspiration revient peu à peu. C’est dur, mais elle revient. Mais c’est dur. Cette fois, elle vient de Belgique. Ce beau (mais plat. Mais beau) pays est certes moins bien loti que notre France chérie en terme de gastronomie, tourisme ou météo (oui. Même pour la météo…), mais un des domaines sur lequelles il nous mettent une belle branlée, c’est le footb… Non je déconne. Faut pas pousser. C’est le rock !

Lire la suite…