Archive

Archive for the ‘00’s’ Category

#269 – Whenever I Say Your Name

21 mai 2014 1 commentaire

Sting in Live In Berlin (2010)

Un violon, une voix, et plus rien ne compte…

Un violon pleure.

Le concert prend une tournure dramatique. Nous sommes transportés dans les paysages tragiques, auprès d’un jeune homme en larmes, aux côtés d’une veuve déposant sa rose.

Le violon hurle de douleur. Le public retient son souffle. Une note s’élève… C’est la dernière… Silence… Lire la suite…

Publicités
Catégories :00's, 10's, A Day In The Rock Étiquettes : , , , , ,

#265 – Brest

Christophe Miossec in 1964 (2004)

 

Brest

Aujourd’hui, je suis Miossec mi-raisin. Bah oui, j’ai bien eu la petite fierté d’avoir été publié sur la plateforme YNTHT du site web de Les Inrockuptibles mais je ne dois pas ce droit à mon talent d’écriture (si jamais il existe) mais parce que j’étais le « grand gagnant du jeu-concours ». On ne va pas se mentir, ça m’a fait quand même vachement plaisir d’écrire ce live report mais du coup je me suis un peu retenu dans la vanne (non pas Vannes en Bretagne… et puis l’article du jour s’appelle Brest) pour la rédaction de ce papier, mais surtout j’ai été corrigé (pas physiquement rassurez-vous) et édité par la Rédaction des Inrocks. Rassurez-vous, ceci n’est pas un manifeste, ce sont les règles du jeu, ma pauvre Lucette (j’édite n’importe quel contributeur de LRT), et ce n’est pas trop grave car cela me permet de réserver mes meilleurs jeux de mots pour mon blog favori.

#258 – Knocked up

Kings of Leon in Because of the Times (2007)

 

Fallait engager un aigle pour chasser les pigeons…

Je vais être honnête avec vous, je ne connais pas trop l’oeuvre riche et fournie des Kings of Leon. Peut-être parce que je ne suis pas américain et que mon influence rock est surtout british. Le quatuor à une immense côte de popularité outre-atlantique et si j’avais été un gros fan je ne me serais pas permis de faire une vanne comme celle qui va suivre : les moules frites, je les aime chez Kings of Léon de Bruxelles. Voilà. Et rien à voir avec le rock belge.

#255 – Le Chemin

1 avril 2014 1 commentaire

Kyo in Le Chemin (2003)

 

Et hop un NRJ Music Award pour Kyo

10 ans que j’attendais. 10 ans que je n’y croyais plus… 10 ans que j’attendais que Kyo reviennent me sauver de la médiocrité de la chanson française actuelle. C’est cette semaine que sort le nouvel album tant attendu L’équilibre. 10 ans que je pensais qu’ils s’étaient perdus sur Le cheminPourtant le leur était tout tracé : le succès, des paroles profondes et universelles, une mélodie percutante et travaillée avec les plus grands. Je pense bien évidemment à Sita (non rien à voir avec SITA, le leader de l’offre de solutions de gestion et de valorisation des déchets, expert de l’ensemble du cycle du déchet) mais la gagnante de la Star Ac’ hollandaise. Vermeulen de son nom de famille, il n’y a pas plus flamand ! Mais avant de connaitre le succès, ils ont travaillé avec le plus grand : David Hallyday. Le seul, l’unique fils de.  Ils font ses premières parties en 1999 et vont même jusqu’à jouer en playback dans le clip de la très oasisienne Pour toi, ils n’ont pas peur de sortir des sentiers battus et cela leur vaut leur toute première reconnaissance. Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?

#253 – The Day That Never Comes

Metallica in Death Magnetic (2008)

The Four Horsemen

2002, le groupe est à deux doigts de l’implosion. Sans bassiste attitré, Metallica doit pondre un album. Mais entre les prises de bec, les cures de James Hetfield, et le manque d’inspiration, le projet est retardé.  Tout ceci vous est décrit dans le documentaire Some Kind Of Monster. Il est à voir, à revoir et à faire voir. En 2003, le quatuor, survit à ça et pond St Anger. Un projet mort-né, aux idées terribles, et a la prod immonde. Mais, le fait d’avoir fait ça à permis deux choses :

Premièrement, on assiste à l’arrivée de Robert Trujillo dans le rôle de bassiste officiel, et, deuxièmement, Metallica sort de cette tourmente, plus fort, et déterminé à botter des culs. Lire la suite…

#249 – Your Wish

14 mars 2014 1 commentaire

Talisco in EP n°1 (sortie de l’album en mai 2014)

« Mais non ?! » 

Faut pas le prendre comme ça !

Etrange comme la langue parlée charie régulièrement et sans prévenir une nouvelle mode lexicale. Par sa simplicité et ses sonorités rondes, le « Mais non ? » a fini de séduire son monde. Pour le pratiquer c’est très simple : lancez une rapide syncope du « mais » avec prolongation à l’envie du « non » final (accompagnées si possible de gros yeux de merlan frit ? – comment ça on ne dit plus « merlan frit » depuis des lustres ? – comment ça on ne dit plus « des lustres » depuis belle lurette ? – etc.).

Arboré discrètement par certains early adopters au sein des cercles intimes, le syntagme a traversé les couches sociales, adopté par des influenceurs de tous bords et désormais seule bonne manière de marquer l’étonnement en public pour qui veut être dans le coup. Terminé les « Ah bon ? », « Tu déconnes ? », C’est une blague ? », et autre « Bigre ! » qui ponctuaient précédemment nos abasourdissements.

Peut-être y a-t-il de mystiques raisons qui viendraient expliquer l’avènement actuel du « mais non » ?  Au coeur des temps obscurs, notre nouveau moyen-âge y a sans doute vu un premier pas vers l’ère lumineuse du « mais si » ? Mystère de la sémantique appliquée…

Ce petit interlude n’a pour ainsi dire aucun lien avec le morceau du jour. Lire la suite…

#247 – The Skin Of My Yellow Country Teeth

Clap Your Hands Say Yeah in Clap Your Hands Say Yeah (2005)

Le retour de Jean-Luc « Beau Chapeau »

Aujourd’hui, chose n’est pas coutume en ce moment, je n’ai pas de panne d’inspiration. En tout cas pour choisir l’artiste du jour, puisque Clap your Hands Say Yeah était shorltisté depuis longtemps et qu’il a été remis dans la course par mon article précédent sur Au Revoir Simone. En effet j’ai découvert que les premiers ont toujours été une source d’inspiration pour les seconds.

Clap your Hands Say Yeah font partis des artistes qui ont révolutionné MON rock au même titre qu’un MGMT, un Arcade Fire, un Klaxons (vas y Simone) ou encore un Kasabian, ces artistes qui jalonnent depuis 2 ans mes articles (oui déjà, c’est bientôt notre anniversaire !). Ces groupes qui m’ont fait voir plus loin que la britpop, les oldies, le blues, le psyché ou les utilisateurs de la guitare hurlante. Ces artistes qui m’ont ouvert l’esprit, qui m’ont aidé à apprécier les influences pop, folk ou electro. Parfois même à m’aider à ouvrir les portes du rock midinette. Certains reviennent aux basiques, aux racines pour retrouver leur identité, d’autres font leur crise de foi. Perso, je cherche la nouveauté, le nouveau son qui va ma faire vibrer boulimiquement pour les prochaines semaines. Clap your Hands Say Yeah a été l’un d’entre eux. En ce moment j’ai moins de chocolat « poulains » à me mettre sous la dent, et peut-être que c’est ça la clé, juste là sous mes yeux, clef que je n’ai pas encore osée saisir.