Accueil > 00's, A Day In The Rock > #258 – Knocked up

#258 – Knocked up

Kings of Leon in Because of the Times (2007)

 

Fallait engager un aigle pour chasser les pigeons…

Je vais être honnête avec vous, je ne connais pas trop l’oeuvre riche et fournie des Kings of Leon. Peut-être parce que je ne suis pas américain et que mon influence rock est surtout british. Le quatuor à une immense côte de popularité outre-atlantique et si j’avais été un gros fan je ne me serais pas permis de faire une vanne comme celle qui va suivre : les moules frites, je les aime chez Kings of Léon de Bruxelles. Voilà. Et rien à voir avec le rock belge.

A vrai dire, je n’ai écouté qu’un seul de leurs albums, ce qui vient appuyer mon statut de fan intermittent (un statut protégé, tu écoutes un album pendant un mois et tu es fan absolu assuré pendant un an). De cet album, j’ai surtout été marqué par le premier titre Knocked-up. Chanson qui s’est endormie dans les limbes de mon cerveau.  Avant d’en être réveillé en étant frappé par la bande originale de Les Garçons et Guillaume, à table !  Mais c’est bien sur ! Une voix si particulière, un timbre mêlant nostalgie, gravité et mélancolie, ce sont les rois de la moule frites ! En fait ils ne viennent pas de Brussel mais de Nashville (Tennessee). Cette chanson ne sonne pas trop country mais garage bluesy comme il faut. Mais apparemment (rappelez-vous je suis un fan intermittent) ils ont aussi de la country à leur répertoire : difficile de renier complètement ses origines.

D’ailleurs, on aurait pu avoir Les Garçons et Caleb à table, puisqu’ils sont 4 Followill (on ne sait pas qui est ce Will qu’ils suivent d’ailleurs) dans le groupe : une fratrie de 3 plus un cousin. Leur musique est une histoire de famille et d’origine commune.

J’adore la ligne de bass de Engrossée, le rythme de la batterie et le petit couinement de guitare. Tout ça est très répétitif, géré avec des boucles évolutives agrémentées de nouveaux sons durant (Kevin tu es trop fort) les sept minutes de la chanson.

Allez pour finir, je ne peux pas m’empêcher de vous raconter l’anecdote du pigeon qui a marqué à vie la carrière du groupe sur scène… Saint-Louis, un beau 23 juillet 2010. Les fans se sont massés à la Verizon Amphitheatre pour applaudir leurs héros sudistes du soir. Mais rien ne se passera comme prévu. En effet, un groupe de pigeons sévit dans le stade et ce ne sont pas The Pigeon Detectives. Non, une dizaine de rats volants ont mangé des graines à effet laxatif (un peu comme ces mouettes nourries aux laxatifs) et tels des B-52 (non pas le groupe) bombardent le public et les premières parties.

Mais on ne chie pas impunément sur les Kings of Leon. Trois chansons et puis ils lèvent le camp. Le bassiste craque quand un sniper d’élite lui vise la bouche. Il rend sa bass et le groupe ne reviendra pas. Les fans qui en ont aussi pris plein la gueule sont dégoûtés. Comme quoi un pigeon peut gâcher la fête…

 

Let’s Rock Today (and Stop the Shit again Tomorrow)

LLLL

Advertisements
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s