Accueil > Review > Review #16 – Girls In Hawaii @ Olympia, Paris

Review #16 – Girls In Hawaii @ Olympia, Paris

1608799_10152247966379284_881668485_n18h45, 28 Boulevard des Capucines, Paris. Il n’y a pas foule devant l’Olympia qui accueille ce soir les belges de Girls In Hawaii pour la deuxième fois de leur carrière. Et pourtant, ce concert affiche complet depuis la veille. Le groupe y revient pour promouvoir leur magnifique troisième album Everest après avoir rempli le Trianon en Novembre dernier. Un album né dans la douleur, une véritable épreuve humaine et artistique (d’où le nom du dernier opus) pour le groupe ayant perdu tragiquement leur batteur et ami Denis Wielemans en 2010.

Pendant que la salle se remplit lentement mais surement, un cameraman de l’équipe du groupe film des séquences vidéo pour d’hypothétiques bonus d’un DVD. 20 Heures pétantes les lumières s’éteignent pour faire place à BRNS (prononcez Brains), des belges (encore) chargés d’assurer la première partie. BRNS composé de 4 membres est un condensé Foals, I Like Trains et Wild Beast. Ils distillent un rock expérimental tantôt très calme pour passer à des séquences survoltées. Une très agréable et efficace première partie (de 40 minutes) qui nous permet de découvrir encore un de ces excellents groupes de nos chères voisins d’outre Quiévrain. Mais comment font-ils pour être aussi bon? Hum peut-être un sujet d’article ça…

Après la traditionnelle annonce désuète d’entracte bien typique de l’Olympia, les p’tits gars de Girls In Hawaii entrent sur scène dans une décor très sobre : amplis, instruments, toile de fond de scène à l’effigie de leur troisième opus (Everest donc), et quelques spots discrets. Pas de fioriture nécessaire quand la musique est bonne… Le concert démarre doucement avec Wars aux accents Trip-hop. Les jeux de lumières sont simple mais très élégants mettant parfaitement en ambiance la musique. S’en suit le deuxième single d’Everest et tube potentiel «Not Dead». Le groupe délaisse déjà le nouvel album pour jouer des morceaux plus anciens comme The Fog, le très Beatles Sun Of The Sons et Time To Forgive The Winter. Les compos sont solides et très efficaces sur scène. Les voix des deux chanteurs Antoine Wielemans et Lionel Vancauwenberghe se marient à merveille rappelant tantôt Neil Young, tantôt Jason Lyle (Grandaddy). Cependant, le public a du mal à se lâcher. Ce sentiment est sans doute du au fait que le groupe a choisi de mener son concert de manière Crescendo. D’autres titres calmes vont se succéder : Changes, Here I Belong, le sublime Casper, l’inédit Connections (qui sonne on ne peut plus Radiohead sans pour autant paraître pour un pâle ersatz comme il en existe tant) et Misses, poignant hommage au regretté Denis Wielemans. Le concert prend enfin une autre allure à partir du prochain morceau, Switzerland, un morceau à la fois aérien et ravageur. Quel final ! Les titres Rorscach, Mallory’s Heights, Birthday Call enfoncent le clou et Grasshopper, une Face B échappée du deuxième album vient clôturer de manière très énergique et efficace le set avant le rappel.

Antoine et Lionel reviennent alors seuls sur scène pour interpréter Plan Your Escape dans un silence respectueux et religieux (chapeau le public de l’Olympia au passage). Le groupe revient au grand complet pour Found In The Ground morceau qui les a révélé il y a maintenant 11 ans! Ovation du public! Puis encore un inédit Build A Devil joué pour la toute première fois en public. Le set se termine enfin par Fields Of Gold et le volcanique et traditionnel Flavor. Enormissime! Là encore un crescendo terrassant finissant dans un déluge de décibels.

Girls In Hawaii nous a livré ce soir une prestation de deux heures d’une grande qualité dont beaucoup de groupe devraient s‘inspirer. Le concert aurait pu être parfait si les titres This Farm Will Ends Up In Fire (véritable mini symphonie pop et classique du groupe) et We are The Living avaient été intégrés au set. Ce sera pour une prochaine fois (Aéronef de Lille?…). C’est en assistant à un concert de Girls In Hawaii que l’on se rend compte que ce groupe aurait pu devenir vraiment énorme au niveau mondial s’ils avaient été Anglais ou Américain. Qu’importe Girls In Hawaii restera sans doute dans des salles à capacité moyenne et c’est tant mieux pour nous ! Merci sincèrement à Girls In Hawaii d’être aussi bon et aussi modeste. Un grande leçon! Et rendez-vous à la maison, à l’Aéro avec les grandioses Balthazar en avril prochain!

LR : Merci beaucoup à ManuWino pour l’utilisation de ses photos Live ! Vous pouvez retrouver ici toutes les photos du concert de GIH (et bien d’autres encore ici) ou le retrouver sur facebook.

Setlist du 18/03/2014:

  1. Wars
  2. Not Dead
  3. The Fog
  4. Sun Of The Sons
  5. Time To Forgive The Winter
  6. Changes
  7. Here I Belong
  8. Casper
  9. Connections
  10. Misses
  11. Switzerland
  12. Rorscach
  13. Mallory’s Heights
  14. Birthday Call
  15. Grasshopper 
  16. (Rappel) Plan Your Escape
  17. Found In The Ground
  18. Build A Devil
  19. Fields Of Gold
  20. Flavor

 

Publicités
  1. jp
    21 mars 2014 à 08:09

    joli résumé
    vu dernièrement au grand mix à tourcoing, petite salle , un superbe set,

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s