Accueil > 80's, A Day In The Rock, Rock Legend > #243 – Punky’s Whips

#243 – Punky’s Whips

Frank Zappa in Baby Snakes (1983)

frank-zappa53914Du sang de la sueur et du sexe, c’est ça mon rock !
Je n’ai pas plus envie de vous parler de l’œuvre incroyable de Frank Zappa (le brun torse nu à la guitare) que de la façon dont on fait une pâte à crêpes à la chandeleur. Vous trouverez tout ça sur le net, ou dans de savants ouvrages.
Moi, mon truc, c’est le plaisir, ou plus précisément le désir. « Avoir envie, être en vie » pouvait-on lire dans le film de Godard « Pierrot le fou ». Et tout est là, dans cet « ici, maintenant, et tout de suite », cet état d’urgence. Le rock de Franky est éreintant (20 ans après son départ je ne peux toujours pas en parler au passé), il ne laisse pas de place à la pensée, les paroles ne présentent aucun intérêt. Ce n’est pas « l’aventure c’est l’aventure » mais « la musique c’est la musique ».

Et pour le câlin pépère du samedi soir, changez de registre !!! Là on est dans du « dirty love » (Frank Zappa) presque dans le « dread love » de Nina Hagen, un amour crasse, inconditionnel, exclusif, incontrôlable, pulsionnel. (Si je ne suis pas viré par le comité de rédaction on reparlera de la fonction cathartique du rock). Regardez Terry Bozzio, le batteur-chanteur de cet opus : le mec s’oublie carrément, il n’est pas dans l’intention, il ne calcule pas, il n’a pas discuté 2 semaines avec un communiquant sur l’opportunité de cracher à l’image. Le mec est en slibard simplement parce qu’il a chaud, très chaud….

Vous l’aurez compris, je ne compte pas sur vos oreilles ou vos yeux pour apprécier cette prestation, ou la détester d’ailleurs c’est bien aussi !!! (« Mais parmi les monstres, dans la ménagerie infâme de nos vices, blablabla, il en est un plus laid, c’est l’ennui » Baudelaire) ; Je mise sur la peau, le corps, la résonnance entre les notes et vos artères. Quand on me dit « c’est bien joué » ça sent le roussi, c’est pareil quand tu commences à expliquer pourquoi tu aimes cette femme ou cet homme, en général, tu peux commencer à préparer ta valise.

La musique de Zappa je l’ai découverte (1979) comme on tombe en amour (j’aime bien les québécois).Parfois, je n’appréciais pas aux premières écoutes, mais je me sentais irrésistiblement attiré. Chaque fois, j’avais envie de crier « liberté, liberté chérie » comme le poète…

Peu d’amis de ma génération partageaient mon engouement pour l’artiste, mais son influence fut telle (je ne parle pas de sa marque de clope que je fume, ça c’est naze) que j’ai, grâce à sa musique, fait le choix de cultiver et d’encourager toute forme de singularité, et de remplir les rangs, aux côtés du maître, de tous ceux qui luttent contre le conformisme.

Les fans de Zappa (ça existe) m’assassineront en lisant que je ne parle pas du guitariste virtuose, de ses périodes jazz, musique contemporaine, etc… ni du travailleur acharné qu’il fut derrière ses allures de branleur sidéral. Et pourquoi je n’ai pas choisi des compositions plus douces, moins primales… etc… Hey !!!!! Je fais ce que je veux !!!! Et si une personne, seulement une personne découvre ce morceau avec délice, comme le colibri parfois porte sa goutte d’eau, à la rivière je me serais servi avec amour. (8ème degré)

Let’s Rock Today (and Fall In Dirty Love Tomorrow)

k’old

PS: un cadeau supplémentaire rien que pour vous : le seul opus où l’artiste s’est laissé aller à un peu de mélancolie : « sleep dirt » 😉

Publicités
  1. 28 février 2014 à 21:25

    Wouaw ! Ca c’est parler musique ! On a affaire une personne cultivée ici, et ça fait vachement plaisir. Moi qui ne me suis jamais intéressée à Zappa, je pense bien remédier à cela !

    • k'old
      1 mars 2014 à 14:06

      Très sympa de ta part…j’en profite pour te dire que j’avais bcp apprécié l’écriture sur  » sweet child o’ mine « , c sincère, j’ai passé l’âge des concours de politesses 🙂 Ce qui me plait dans la lecture c’est l’implication personnelle de l’auteur….

      • 1 mars 2014 à 14:10

        Tout a fait d’accord avec toi ! C’est tjs intéressant de lire qqch avec la touche personnelle voire intimiste de l’auteur ! (Et merci 🙂 )

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s