Accueil > 10's, A Day In The Rock > #229 – Yellow Brick Road

#229 – Yellow Brick Road

20 décembre 2013

Angus & Julia Stone in Down The Way (2010)


 

Angus et Julia : deux talents hauts (en couleur) !

L’attente immense que deux mois d’absence ont pu susciter chez les lecteurs de ce blog pèse aujourd’hui comme un roc(k) sur mes grands bras maigres. Un peu comme le pauvre cuistot du Burger King de Saint-Lazare qui entend la foule piétinner à la porte, et qui ne peut empêcher sa main de trembler en retournant le steack trop cuit du tout premier Whopper parisien, me voilà écrasé par la pression de mon premier come-back médiatique ! 

[Allez DS, reprend toi ! Tu sais bien qu’il n’y a que toi qui a remarqué ton absence !] 

Je sais que je divague (« vague ») mais pour paraphraser Louis XIV, suis-je à la hauteur ?

[Bien la référence au Roi Soleil ! Ca va plaire aux plus mélomanes d’entre nous (de Chimène Badi).] 

Mes adieux étaient déchirants. Mon retour sera tonitruant (et non Tony Danza, qui n’est pas du tout un truand, malgré des années de jeunesses pas toutes roses dans les ruelles mal famées du Brooklyn des 1980’s).

[N’en fais pas trop quand même !] 

Je disais donc que pour mon retour, je ne lésinerai pas sur le choix de la chanson. Je me dois de vous offrir le meilleur, le plus fort, le plus doux, le plus sucré et plus encore. Voici donc ma chanson préférée, mon n°1 au hit parade du mois de décembre, mon coup de coeur Aussie.

[Au moins tu te fais plaisir…] 

Il est souvent plus difficile de parler des chansons qui ont un vrai impact sur nos petits coeurs sensibles. On veut trop en faire, on empile les superlatifs, on abuse des métaphores tordues. Et la tentation est grande ici tant ce morceau hante mes journées et mes nuits, tant les paroles évoquent les voyages les plus farfellus, tant ce folk acoustique apaise l’âme.

Pour la métaphore tordue, c’est Angus qui nous jette la pierre (ou plutôt la brique). Le chanteur Australien et sa soeur Julia nous offre carrément une belle route de briques jaunes, celle du Magicien d’Oz sans doute, ou peut-être bien une autre.

Merveilleuse mosaïque d’images, servie par une mélodie simple et et une voix limpide, on voudrait bien savoir ce qui se cache sous les pavés lumineux. La plage australienne sans doute, les souvenirs d’enfance, les madeleines d’Angus et Julia, et tous les trésors qu’on voudra bien apporter nous-mêmes. J’aurais tendance à penser que cette route féérique est le sentier de notre enfance et qu’il est différent pour chacun de nous.

[Et voilà, ça te reprend !] 

Il y a sans doute mille et un secrets cachés dans les mots de cette chanson (pourquoi cette référence à Mary Poppins ? qui sont ce Mr Young et cette Mary Jane ?) mais je n’ai pas commencé la chasse aux images, bien trop heureux de me laisser paresseusement cajoler par la douce mélodie.

Toutefois, s’il y a bien une référence que m’évoque le morceau, c’est celle du Joueur de Flûte, qui à la force de son instrument, entraîne les rats fascinés hors de la cité. Petite bestiole immonde, « turophile » et casanière, je veux bien sauter de mon canapé et suivre, les yeux fermés, nos deux magiciens vers la cité d’émeraudes.

Petits rats du rock, faites comme moi et laissez-vous charmer par les voix fluettes de nos joueurs de guitare…

DS

Let’s Rock Today (and Follow The Yellow Brick Road Tomorrow)

PS : Pas vraiment étonnant que je sois amoureux des deux australiens, quand on sait que c’est Fran Healy (leader de Travis) en personne qui les a découvert et propulsé sous la lumière…

PS 2 : Si vous avez aimé la chanson du jour, ne vous arrêtez pas en si bon chemin et poursuivez votre route jaune en avalant les 2 albums de nos frères et soeurs. C’est sucré vous verrez.

PS 3 : Alors, LLLL, elle a coulé cette petite larmichette ?

Advertisements
%d blogueurs aiment cette page :