Accueil > 80's, A Day In The Rock, Rock Legend > #219 – Sweet Child O’ Mine

#219 – Sweet Child O’ Mine

Guns N’ Roses in Appetite For Destruction (1987)

 

16 ans fut pour moi l’âge de la première crise identitaire de ma vie. Du premier jean troué coupé avec des ciseaux aux premiers essais maquillage douteux, l’adolescence n’était que le début de la quête existentielle qui pose tant problème : Qu’est-ce que je vais faire de ma vie ? Si je ne me posais pas la question littéralement, il était évident que je cherchais une identité, un univers auquel je pouvais me rattacher. Je n’avais pas de passion, pas de motivation spéciale. Pendant que la conseillère d’orientation me demandait si je préférais l’économie ou la philosophie (ni l’un ni l’autre, à ce propos…), mes seuls soucis étaient de savoir si on me refuserait à la caisse avec un pack de bière premier prix. Je ne savais pas quoi faire plus tard, et j’avais le temps.  Jusqu’au jour où j’ai écouté Sweet Child O’Mine des Guns’N’Roses. Depuis, j’ai toujours été sûre une chose. J’étais née pour le rock.

« C’était une putain de blague, ça a fini par devenir un hymne. » _Slash

Les Guns’N’Roses ne sont pas des génies comme le sont Jimmy Page ou Syd Barett. Ils sont vulgaires, sales, drogués et alcooliques. Ils jouent fort (trop), mais à l’époque de MTV et du développement de l’industrie du disque, les Guns sont des marginaux. Ce sont les sons of a bitch du rock’n’roll, en interview on leur reproche de dire « fuckin’ » à toutes les phrases. Leur musique est née dans la rue, au cœur d’un quartier pourri de Los Angeles. Avec eux, l’expression sex, drug and rock’n’roll prend tout son sens.

Sweet Child O’Mine, qui figure sur l’album Appetite For Destruction sorti en 1987, était à l’origine une démo pour rire, que jouait Slash à Izzy Stradlin, les deux guitaristes du groupe. Aujourd’hui, c’est un des plus grand succès du groupe. Les paroles ont été écrites par le prétentieux chanteur Axl Rose, pour sa petite amie de l’époque Erin Everly.  L’intro est entêtante et efficace, Slash fait rugir de sa guitare, un solo endiablé et Axl nous crie son amour pour une fille. Éclatant, retentissant, tonitruant, Sweet Child O’ Mine est un hymne à la délivrance, il sonne le retour du rock’n’roll, celui qui tâche, celui qui déchaîne les foules, celui qui fait vibrer. Le rock qui colle à la peau. Celui qui m’a plongé dedans, celui qui ne m’a jamais quitté. Pour le meilleur.

Let’s Rock Today (and fuckin’ roll Tomorrow).

Juliette Geenens aka Vodoo Kid.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s