Accueil > 90's, A Day In The Rock, Rock Legend > #217 – Mexicola

#217 – Mexicola

Queens Of The Stone Age in Queens Of The Stone Age (1998)

St Joshua, prions pour toi

Josh, on t’avait dit, la dernière fois, qu’on te raterait pas la prochaine fois que tu viendrais par chez nous. Et bah je vais te dire, on va pas te rater…

Ce soir, nous avons rendez-vous. Ce soir tu es au Zénith, pour ton premier concert Parisien depuis un fameux Trianon en Juin dernier pour la promo de ton dernier chef d’oeuvre …Like Clockwork, concert auquel nous t’avons fait l’affront de ne pas participer. Depuis, je ne dors plus pareil. Depuis, j’ai réécouté tous tes albums. Plusieurs fois. Je t’en ai déjà fait part, mais tu fais partie de ceux qui font la légende d’hier et d’aujourd’hui. D’aujourd’hui surtout, car c’est toi, oui c’est toi qui contribue au renouveau perpétuel et indéfectible de la musique que nous chérissons ici. Ce soir, nous avons rendez-vous avec un sacré monstre, mais surtout un monstre sacré (amis de la poésie de comptoir…)

Je me suis creusé pour te faire ce clin d’œil. J’ai cherché parmi tes différents projets celui que nous n’avions pas abordé dans nos colonnes. Them Crooked Vultures : déjà fait. Eagles Of Death Metal : déjà fait. Arctic Monkeys : déjà fait (même si ça ne tournait pas autour de ta collaboration d’avec eux. Si tu sais, quand tu leur as fait descendre leurs appareils génitaux à l’occasion de ta production de leur album Humbug. Le plus beau cadeau qu’on leur ait jamais fait sans doute. Ne sois pas modeste). On a même parlé de tes fameuses Queens, ici. Il y avait bien Kyuss, mais je laisse ça pour un jour moins important (mon papa – coucou papa – mérite mieux pour le jour de ses 60 – toujours verts – printemps). Et puis, tu n’étais pas tout seul à l’époque. Là, en 1998, il y avait toi et ton batteur. Remarque, quand on voit ce que tu pondais, pas besoin de plus.

Tu as donc commencé cette activité de distributeur de baffes en l’an de grâce 1998. On en a mis du temps, en France, à s’en rendre compte. Notre patriotisme nous influence à penser, pour une telle activité, à Obélix. Ou bien, pour faire un lien avec 1998, à Laurent Blanc (les vrais savent). Mais notre patriotisme, cette même année, nous pousse aussi à faire n’importe quoi musicalement parlant. Je vous copie ci-dessous le top 10 des ventes de singles de l’année :

  1. Belle – BO Notre-Dame de Paris
  2. La tribu de Dana – Manau
  3. My Heart Will Go On – Céline Dion
  4. Yakalelo – Nomads
  5. The Boy Is Mine – Brandy et Monica
  6. Vivo per lei – Andrea Bocelli et Hélène Ségara
  7. Together again – Janet Jackson
  8. La Copa de la Vida – Ricky Martin
  9. Bye bye – Ménélik
  10. Everything’s gonna be alright – Sweetbox

Je vous passe le palmarès des Victoires de la musique… Oh si allez, je ne résiste pas. Révélation de l’année : Lara Fabian. Sortez les mouchoirs…

Josh, je les vois venir, les critiques. « Ouiiiiiii l’exception culturelle françaaaaaaaaiiiiiise, c’est biennnnnnnn, le rayonnemennnnnnnt internationnaaaaaaaaal, outre atlantique au Quebeeeeeec, Céline, René et les auuuuuuutres« . Laisse faire. T’étais trop occupé. Pendant ce temps, tu sortais ce premier album sous le nom de Queens Of The Stone Age. Moi, je préfère l’appeler Josh Homme 1e. Bin oui, t’as tout fait là dessus ! Ca lui va si bien. En avançant (pas trop vite, y a quelques hits avant aussi) à la piste numéro 7, on tombe sur Mexicola. En ce moment, c’est ma drogue. Une de mes chansons du matin de ces derniers mois.

Impossible de savoir de quoi tu veux parler. Le lyrisme, c’est pas mon truc (vous le voyez bien), et j’imagine que le jour de la génèse de Mexicola, tu devais pas être clean-clean (mais pas encore mort-mort). Par contre, musicalement, c’est au dessus de la mêlée.  Cette intro ‘basse qui tape’, un riff tranchant soutenu par les coups de boutoir assénés par ton copain d’alors Alfredo Hernandez (plutôt un nom à trafiquer quelques trucs illicites au Nouveau Mexique ça). Cette petite accélération rythmique, c’est parfait, juste avant l’arrivée de ta voix, posée, presque sage à côté de ce vacarme improbable, à première vu fouillis mais diablement travaillé.

Je me relis et trouve que je pars un peu dans tous les sens, Josh. Tu m’excuseras, mais je suis tellement excité de te revoir ce soir que j’en perds ma motivation a trouver des belles tournures et un vrai fil directeur à cette lettre. J’aimerais cependant que tu reçoives ce message. Cette requête. S’il te plait, pour la santé de mon appareil auditif et de mon esprit, s’il te plait, Saint Joshua, sers moi un grand verre de Mexicola ce soir.

Let’s Rock Today (and Write A Letter To Joshua Tomorrow)

Matt

LR : Un autre album à écouter en entier, plusieurs fois, en voiture au casque, en famille à l’heure du thé (et de la pétée), avant de s’endormir…

Advertisements
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s