Accueil > 90's, A Day In The Rock > #216 – Loser

#216 – Loser

Beck in Mellow Gold (1994)

 

LLLL : Loser Loser Loser Loser

Beck a déjà du entendre la célèbre maxime : « Dans la vie, il y a deux catégories de personnes : les gagnants  et les perdants »  (maxime qui fonctionne aussi avec le couple baiseur/baisé). Mais comme dirait l’autre opticien, « Mais ça c’était avant » car en écrivant sur la vie de loser (à base d’autobiographie), il est passé de l’autre côté de la barrière, celle de ceux qui enchaînent les succès : les winners ! (mais sans le côté péjoratif).

Alors quelle est la formule magique de Beck pour passer de loser à winner ? Loser, il l’a été pendant près de dix ans à enchaîner les albums auto-produits, les petits concerts dans les petites salles new-yorkaises mais aussi les dépressions. Un super multi-instrumentiste touchant à tous les styles musicaux mais un loser. Bref de quoi largement alimenter son encrier et aiguiser sa plume quand vient le jour d’écrire sur la vie pathétique d’un loser se plaignant de sa condition à sa petite amie. Et faut dire qu’il réussit à nous déprimer et inspirer de la pitié dans le choix de ses accroches asthéniques (ta mère). La chanson est lancinante, quasi répétitive et à aligner la même boucle, on est complètement amorphe, le tout sur un air hybride de folk-blues-hip-hop. Une vraie réussite de loser et rien qui ne prédisait un succès (à part l’explosion des ventes de Prozac dans les années 90 aux USA).

En tout cas, il a senti ou avait l’espoir que le vent tournerait dans la seule phrase positive de la chanson (quasi inaperçue): « I’m a driver, I’m a winner; things are gonna change I can feel it »  sans pour autant y croire franchement car il ne voulait même pas publier ce single.

Depuis ce premier bonheur, d’autres succès viennent s’ajouter : collaborations sur (beaucoup de BO) notamment la très réussie reprise des Korgis Everybody’s Gotta Learn Sometimes issue d‘Eternal Sunshine of the Spotless Mind(Gondry lui rendra la pareille en réalisant le clip de Cellphone’s Dead). Charlotte Gainsbourg a même essayé la prise de Beck pour son album IRM et leur délicieux duo Heaven Can Wait, bien conseillée par d’autres frenchies ayant collaboré avec lui : Air.

Maintenant grâce à Beck, vous êtes un winner.

Let’s Rock Today (and Win Tomorrow)

LLLL

LR : Si vous aimez l’artiste (ou l’article, ça marche aussi 😉 ), retrouvez ici l’album qui fait de vous un winner !

Advertisements
  1. 7 décembre 2015 à 06:35

    giuseppe zanotti shoes for men

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s