Accueil > 90's, A Day In The Rock > #196 – Jalabert

#196 – Jalabert

Les Wampas in Chicoutimi (1998)

 

Riis, Jaja, Ullrich : belle brochette

Riis, Jaja, Ullrich : belle brochette

Impossible d’y échaper ces deux derniers jours : le journal L’Equipe a révélé le contrôle positif rétro-actif de Laurent Jalabert, ex n°1 mondial de cyclisme, idole de toute une génération, ex-sélectionneur de l’Equipe de France et tout récent ex-consultant (et pas le moins bon) France TV Sport sur le Tour, qui démarre ce samedi à Porto Vecchio.

La sortie d’une telle information vient ébranler à nouveau le monde du cyclisme qui n’avait décidément pas besoin de ça, notamment suite au lynchage publique et médiatique de Lance Armstrong ou aux aveux de tricherie d’un autre ancien vainqueur, Jan Ullrich. La question se pose alors : quelle est l’utilité de révéler une telle information, et surtout, pourquoi maintenant ? Pour ce que ça vaut, voici donc ce que j’en pense.

[NDLRT : désolé, ce post ne parlera pas beaucoup de rock. Même si la chanson des Wampas en est bel et bien !]

Messieurs journalistes et investigateurs de L’Equipe, voici donc la réponse du rock à votre perpétuelle chasse à la sorcière à 2 roues. Si la triche est évidemment condamnable, votre acharnement à déterrer des affaires vieilles de 15 ans est pour le moins ridicule. Franchement, quel est l’intérêt d’inculper un Laurent Jalabert qui durant toute sa carrière a incarné de la manière la plus noble qui soit ce cyclisme qu’on aime tant regarder. Celui des siestes à l’ombre d’un pin dans le jardin, pour se réveiller à 15 bornes de l’arrivée en espérant un sprint massif, celui des étapes de montagne qui nous laissaient scotchés devant notre poste (un 36cm, of course. Bah oui, on est en vacances !) à boire les paroles du grand Patrick Chêne et à s’émerveiller des attaques fulgurantes de Marco Pantani (lui aussi honnoré par Les Wampas dans Rimini. Nan mais franchement qu’est-ce qui t’a pris ??) le tout entrecoupé des anecdotes historiques de l’inoxydable Polo la Science.

Oui, Jaja, tu étais dopé. Tu plaides le pas vu pas pris, défense pour le moins hasardeuse. En même temps, quelle révélation !!! Au début tu étais sprinter (Armentières 94 me hante encore) et en 95, tu gagnes la Vuelta en enlevant 5 étapes et tous les maillots…  97, allez, champion du monde de contre la montre, hop, comme ça. Et pour finir un maillot de meilleur grimpeur du Tour en 2001 et 2002. Le tout sans jamais le gagner, ce satané Tour. Alors oui, la suspiscion est permise. Mais elle m’est vite occultée par le rêve que tu as envoyé sur ta bicyclette.

Qu’on arrête de jouer les vierges effarouchées. La grande spécialité française est de brûler aujourd’hui ceux qu’on a idolatré jadis. Franchement, messieurs de L’Equipe et autres, n’êtes-vous pas les premiers à vous gargariser des victoires françaises sur un grand Tour ou d’un exploit aussi immense que celui d’en remporter 7 de suite ? Et maintenant, preuves à l’appui, vous descendez en flèche ceux qui nous ont fait rêver ! Le tout sous couvert d’une pseudo exception culturelle française et d’un soit-disant modèle pour la lutte antidopage. Soyons sérieux et arrêtons de prendre cette position permanente de chevalier blanc toujours prompt à donner des leçons…

D’ailleurs, c’est certainement un hasard, le fait que la sortie de cette info dans vos colonnes ait lieu 1 jour avant la parrution de la nouvelle version de votre journal ? J’ai du mal à y croire, mais vous me direz : pas vu pas pris ! (ça me rappelle quelque chose).

Bref, Jaja, dopé ou pas, tu restes pour moi un sacré champion : on ne devient et reste pas n°1 mondial de cyclisme juste en prenant quelques vitamines bien senties. Faut-il rappeler que le vélo est certainement un des sports les plus durs qui soient, notamment au plus haut niveau. Je voudrais bien vous y voir vous, pendant 6 heures sur votre selle à enchainer les kilomètes serrés comme des sardines dans un peloton toujours plus hostile, à défier les éléments et les dangers permanents de la route. Oui, c’est un sport de chien. L’exemple ultime de la combinaison entre souffrance physique extrême, sens tactique avisé et technicité hors norme. De ça, Jaja aura été le numéro 1. Et c’est avec une grande tristesse et un esprit de révolte exacerbé (vous vous en serez rendu compte) que j’accueille la nouvelle de ton retrait des micros pour cette édition 2013. Que je regarderai malgré tout avec passion, même si les pins et Patrick Chêne me manqueront forcément.

Let’s Rock Today (and Love Your Idols Tomorrow)

Matt

Publicités
  1. Wampas
    28 juin 2013 à 19:40

    Bravo pour le post, j’aurais pas mieux dit

    • 28 juin 2013 à 20:37

      Merci !
      Mais dis moi que c’est toi mon Didier !!

  1. 11 juillet 2013 à 17:54

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s