Accueil > Review > Review #11 – -M- @ Zénith, Paris

Review #11 – -M- @ Zénith, Paris

-M- et Thomar Monica

-M- et Thomar Monica

Mercredi 19 Juin 2013, premier Zénith de Paris d’un Matthieu Chedid qui s’apprête à en aligner 10 à la suite, un vrai forçat de la scène, amoureux de son public. Un Mec qui n’hésite pas à Mouiller le Maillot (voire beaucoup plus) dans un Zénith de Paris torride. Torride, surchauffé : ce n’était pas l’attitude du public parisien (difficile et presque blasé) pour le début de ce show rodé et bien huilé.

Le concert commence sur Elle avec -M- au piano. Tout en douceur, îl réfléchit dans ses lunettes les halos de lumières tout en créant un jeu d’ombre avec sa silhouette. La scène se Met en place tout doucement. Arrivent ces deux compères sur des parties Mobiles. Un grand M en plexiglas en trois parties Modulables viennent compléter le décor composé d’un écran géant et d’un panneau lumineux en forme de… M. -M- est généreux, îl nous propose un vrai show Musical et scénique. Toute la soirée les éléments du décor virevolteront, s’interchangeront, réfléchiront, pivoteront, glisseront. Un vrai plaisir pour les yeux et les oreilles.

Matthieu Chedid a un grand projet pour nous ce soir : « îl faut tout brûler ». Une bonne idée, Mais bon le dernier qui a dit ça sur la scène de l’Elyséee Montmartre s’en Mord encore les doigts… Heureusement une délicieuse Onde Sensuelle vient balayer ses images fumantes alors que le public s’échauffe timidement la voix sur les refrains. Océan du dernier album Î est entonné. Îl nous rappelle comment Matthieu Chedid est habile avec les Mots, les calembours et autres jeux de Mots. Une sorte de Boby Lapointe 2.0.

Instant « Ecole des fans » des plus sympas, les parents sortent les téléphones et les caméras pour filmer leurs bambins invités à Monter sur scène avec Matthieu sur Nostalgic du Cool. Blanche -M- et les 7 nains (j’ai compté, y en avait bien 7 !), c’est mignon, c’est frais, c’est fait sans arrière pensée et en plus ça nous permet d’être gratifié d’un super solo de guitare. On peut juste regretter qu’il n’ait pas osé balancer un gamin pour un slam dans le public. Enfin pas sûr que les parents l’auraient retrouvé… Toujours est-îl que c’est le tremplin parfait pour Mojo, histoire de chauffer le public une bonne fois pour toute !

-M- est un Magicien : profitant d’une courte pause, il arrive à disparaître de la scène principale et réapparaître sur la gauche du public tel un empereur romain tiré par ses esclaves (roadies) allant Même créer un Mouvement de foule. Sur ce piédestal Minimaliste et intime, un simple piano accompagne sa voix Moelleuse sur Qui de Nous Deux, La Bonne Etoile, La Seine et La Vie qui Tue. Une vraie communion avec le public qui lui rend bien. On sent qu’il kiffe et nous avec. Il n’arrivera cependant à foutre « tout le Monde à poil » car il est le premier à le refuser. Téméraire mais pas trop !

Le tour en papamobile terminé, il traverse la foule pour une entracte bien méritée. Enfin, non, pas d’entracte pour le public, les deux fidèles Musiciens Lawrence (à la batterie) et Brad (à la basstar) nous gratifie d’un Mix rock électro des plus réussis qui ne laisse pas refroidir le public (d’un autre côté vu la chaleur qu’il faisait…). Îl  est un album plus rock que les débuts presque funk et on sent qu’îl en est de Même pour cette tournée. Des chansons comme Mama Sam ou Le Complexe du Corn Flakes sont arrangées dans une fibre rock qui me ravit. On a l’impression qu’il s’assume maintenant entièrement comme Matthieu Chedid. Sur Je dis Aime, Matthieu Chedid nous rappelle qu’îl est un guitariste virtuose. Îl envoie un solo qu’îl a été chercher de derrière les fagots. Magistral. Magnifique et se payant Même le luxe de le terminer en slammant sur le public. Facile.

Pour Ma Mélodie, –M- accueille Thomas Monica le gagnant du concours « Be The Rockstar » parrainé par Black XS de Paco Rabanne. Pas évident d’entrer sur scène une gratte à la main après ce qu’on vient d’entendre… On sent une bonne alchimie entre les deux et le garçon ne se dégonfle pas et envoie ce qu’il faut. Bref, du grand art, Monica. Machistador vient conclure une première session bien dense (danse). On retrouve le dragueur de fin de soirée qui nous fait danser dans une ambiance boîte de nuit (bien aidé par le jeu de lumière toujours au poil). J’adore.

Retour sur scène en Mode acoustique. On se croirait à un petit boeuf près du canal Saint-Martin, un soir de fête de la Musique (bonne fête de la Musique à tous) ponctué par En-tête à Tête que l’on chante à tue-tête. Retour rapide au cœur de la scène pour Baïa. On notera le passage éclair d’un saxo, d’une trompette et d’un trombone pour accompagner cette chanson qui permettra au public de partir dans la joie et l’allégresse. Enfin ça c’est que l’on croyait, car Matthieu Chedid est généreux (pour ceux qui en doutaient encore) et revient pour un deuxième rappel avec Pauline Croze (qui a assuré la première partie) pour une version poétique de Oualé et pour conclure en beauté et en chorégraphie avec ses potes de Mojo sur… Mojo.

2h30 de concert (presque non stop), une énergie folle et une proximité rare avec le public, un seul Mot M. Chedid : Merci.

LLLL  & MMMM

LR : Je termine cette série -M- autour du concours Be The Rockstar en remerciant chaleureusement Paco Rabanne (Black XS) et Laura d’Inflluelse pour les places pour nos lecteurs et pour les places VIP pour LRT.

 

Publicités
Catégories :Review Étiquettes : , , , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s