Accueil > 00's, A Day In The Rock > #192 – Fake Empire

#192 – Fake Empire

The National in Boxer (2007)

 

Aux sombres héros de The National.

Aujourd’hui, je vais revenir sur une chanson des débuts de LRT. Je m’explique LRT vous fait découvrir ou redécouvrir des groupes et des chansons, mais sachez que pour nous c’est parfois le même principe. Lors de la rédaction de notre article le plus lu, nous cherchions à associer à chaque candidat à la présidentielle 2012 à une chanson. La magie Google avec les mots clés « National », « Empire » et « Rock » m’avait amené à cette chanson. Cette chanson m’a ensuite conduit à la discographie du groupe qui vient de sortir son sixième album (Trouble Will Find Me). Une belle découverte sur laquelle je vais revenir avec vous un plus longtemps.

Le principal atout de The National réside dans la voix pétrifiante de Matt Berninger, un baryton classique. Une voix ténébreuse qui fait résonner tous les poils de vos bras jusqu’à les faire dresser vers le ciel par la grâce d’un frisson glacé. Cependant restreindre The National à cette voix d’outre tombe serait péché, deux ingrédients supplémentaires conduisent à des miracles.

Tout d’abord, un bon groupe indie s’appuie sur des textes d’une grande qualité à la poésie écorchée. Fake Empire sonne la révolte dans un mode plongé dans état mi-endormi, mi-averti. Les organisateurs de la campagne de Barack ne s’y sont pas trompé en choisissant cette chanson pour plusieurs des clips de la campagne 2008 de Barack Obama (un peu comme LRT et son topology présidentiel…), le plus marquant reste »Signs of Hope and Change« .

A cette écriture intelligente et pleine de sens, The National ajoute des mélodies mélancoliques avec piano grave, violons larmoyants et guitares acoustiques qui viennent appuyer là ou cela fait mal : votre corde sensible. Oui, celle qui est directement reliée à votre nerf optique. On se retrouve aux confins de la beauté de la tristesse, celle qui esquisse un sourire entre les chaudes larmes dégoulinant sur les pommettes. On se complet presque à se laisser envahir par cette tristesse, paradoxalement elle nous apaise.

Un royaume abrite toujours son roi sauf quand on ne connait pas la légitimité de celui qui trône. Peut-on parler de Fake Empire dans Game of Thrones, la géniale série de HBO ? Certainement. En tout cas, la chanson récurrente de la série, The Rains of Castamere (je ne parle pas de l’épisode éponyme afin d’éviter de me faire tuer par ceux qui ne l’ont pas encore vu…) a été magistralement interprétée par The National (à écouter d’urgence ici). Du vrai Casterly Rock.

Let’s Rock Today (and Try Sadness to Get Better Tomorrow)

LLLL

LR : Si vous avez aimé cette chanson, je vous encourage à écouter Green Gloves du même album. Une chanson que j’adôôôôre.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s