Accueil > 00's, A Day In The Rock > #183 – Decent Days and Nights

#183 – Decent Days and Nights

The Futureheads in The Futureheads (2004)

 

Ne le laisse pas tomber, il est si fragile…

Une panne d’inspiration couplée à un décalage horaire et un lundi de Pentecôte qui dérègle le weekend (bah oui j’écris mes articles en fin de week-end) aboutit au choix d’une chanson des Futureheads… En fait le coup d’œil rapide dans la bibliothèque musicale porté sur ce groupe indé tombe bien : il correspond à la date qui m’a vraiment fait découvrir le groupe. En effet,  il y a tout juste 5 ans (mais alors pile poil, je viens de retrouver le mail d’invitation… pour ceux qui ne me croient pas je suis prêt à fournir une copie du mail), je me rendais à feu l’émission « C’est Lenoir » sur France Inter et ses fameuses Black Session. L’émission était programmée tous les soirs de la semaine entre 22h et 23h et proposait ce qui ce faisait de mieux de la scène indie rock anglaise. Je dis bien était car l’émission à été supprimée de la grille de France Inter en 2011 après 20 ans de bons et loyaux services.

Bernard Lenoir, c’était un peu notre John Peel à la française. Restent toujours Philippe Manoeuvre et Zegut, qui ont peut être plus un profil d’historien maintenant. Les Black Session étaient des sessions live d’une heure des meilleurs représentants de la scène indépendante. Certaines ont même donné naissance à des albums/EP live comme pour Yann Tiersen ou Interpol.

Au programme du 19 mai 2008 à la Maison de la Radio, The Futureheads, groupe de post-punk de Sunderland, certainement une des plus belles villes d’Angleterre… Le nord de l’Angleterre, c’est un peu comme le Nord chez nous, heureusement qu’il y a la chaleur humaine !

Par contre, on ne va pas se mentir longtemps, si cette chanson vous parait familière alors que c’est la première fois que vous l’écoutez, c’est peut-être parce que il y a un grand air de famille avec My Sharona de The Knack (e-balls, c’est bon d’avoir les boules). Si vous voulez vous faire une idée de cette grosse inspiration c’est par ici. Au moins Michael Youn et ses conards (sans faute d’orthographe, c’est un super connard)  l’avaient reprise, ben « Comme des Connards » en fait.
La bande de Barry Hyde reprend tous les codes du punk : du rock énergique, de la frénésie et du headbanger en moins anarchiste. C’est simple c’est efficace et surtout ça fait plaisir. Et ça donne aussi envie de sauter furieusement partout. D’ailleurs ce n’est pas simple de sauter partout dans l’auditorium de la maison de la radio quand on est à l’étroit dans des sièges exigus. Enfin on ne va pas se plaindre d’avoir eu la chance d’avoir accès à un concert presque privé et gratuit. RIP C’est Lenoir.

Let’s Rock Today (and Be an Asshole Tomorrow)

LLLL

LR : je suis dans le TGV en train de boucler mon article, et en feuilletant TGV Magazine, je tombe sur la playlist de Bernard Lenoir… Elle n’est pas belle la vie ?

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s