Accueil > 90's, A Day In The Rock > #172 – Why Does It Always Rain On Me

#172 – Why Does It Always Rain On Me

Travis in The Man Who (1999)

Travis Why Does It Always Rain On Me

Choisir (Travis) c’est renoncer

Certains d’entres vous le savent déjà, nous venons de poster sur les réseaux sociaux une carte de France du rock. Un travail fait main, sur lequel nous avons portée une attention particulière, et qui est notre première infographie maison. Nous avons sans doute bien fait de sacrifier quelques soirées puisque jamais un post LRT n’avait touché autant de monde  (et j’en profite pour vous remercier une nouvelle fois). Ce modeste succès d’estime réchauffe le cœur et nous conforte dans notre envie de partager encore et toujours notre passion.

Une ombre au tableau

Mais dans ce tableau idyllique un léger malaise s’est glissé ce soir. « C’est de la merde ! ». « Il y a encore des cons pour pondre des trucs pareils ». Voici les deux messages (publics) qui gâchent un peu la fête. Deux gouttes venimeuses qui sont venues fêler notre fragile carcasse de blogueur amateur.Enfants du net, nous sommes habitués pourtant à voir passer dans l’indifférence générale l’invective la plus primaire. Le choc n’en est pas moins rude lorsqu’on sent, sans comprendre, la colère monter face à la bienveillance.

Dans ce cas là, on essaye d’analyser. Qu’est-ce qui motive l’internaute colérique, qui se pose en justicier ? D’où vient sa colère ? Qu’est-ce qui lui reste coincé entre les amygdales ? La réponse est simple. L’internaute énervé se sent visé.

Tout choix en effet est porteur de sens. Tout choix est un renoncement. Pourquoi choisir ces groupes plutôt que d’autres ? Sur quels critères ? Sur quelle légitimité ? Et si les raisons ne sont pas explicitées, toutes les théories prospèrent sans être contredites. L’accusation d’accointance ou de mauvais goût prend alors toute sa force. Et le débat s’enlise, entre deux sincérités qui ne s’entendent pas.

Alors explicitons. Notre choix s’est portée, en tâchant d’être exhaustif, sur les groupes de rock ayant atteint un jour ou l’autre une certaine notoriété. Nous avons dû tirer un trait, par exemple, sur « Les Cafards Jobards », le groupe de mon cousin, qui propose pourtant un garage-rock progressif des plus pointus dans le garage rock des plus exiguës de mon oncle.

La notoriété : l’éternel débat

Arrive alors la question qui tue : d’où vient la notoriété ? La réponse, comme souvent, se trouve peut-être sous nos oreilles. Le morceau du jour peut nous en dire beaucoup sur le problème du jour.

En 1999, quand Travis sort l’album « The Man Who », la reconnaissance des spécialistes est déjà acquise. L’album précédent (Good Feeling) a démontré la qualité de la plume et des cordes de Fran Healy. Mais il manque l’essentiel. La renommée. Ce deuxième album, une petite merveille de pop rock élégant, commence à faire le travail. Travis écrit son nom, doucement, laborieusement mais sûrement, sur les tablettes du rock.

Mais c’est une goutte d’eau qui va faire déborder, une fois pour toutes, le vase de la notoriété.  L’anecdote, bien connue, veut que lors d’un festival ensoleillé, le ciel se soit obscurcit au moment précis où Francis lançait les paroles de Why Does It Always Rain On Me. Les premières gouttes de pluie ont fait le reste. Une coïncidence, comme un signe des dieux (du rock), qui n’a rien de fondamentalement musicale, mais qui fait en quelques jours grimper l’album au sommet des Charts. Travis passe de la clarté à la lumière éclatante en un instant. Par la magie d’une goutte d’eau tombé au bon endroit au bon moment.

Allô, non mais allô, t’es un groupe de rock et t’as pas de notoriété ?

Pourtant me direz-vous, avant cette coïncidence, le morceau était déjà bon, Travis était déjà Travis. Rien n’a changé ! Oui, mais quelque chose de magique et, dans une certaine mesure d’injuste, s’est passé. Comme un moment de bascule, un point de non retour qui fait entrer Travis dans l’histoire du rock (et qui inscrit le groupe sur toutes les prochaines cartes du rock anglais). Travis devient « officiellement » le meilleur groupe du Royaume cette année là (Brits Award 99), la chanson emporte le titre dans la foulée. A l’évidence, d’autres groupes sont aussi bons, d’autres chansons sont meilleures. Mais l’effet de notoriété a joué à plein. Le miracle de l’averse a tout renversé.

Injuste ? Oui. Imposture ? Toujours un peu. Surtout quand on s’appelle Nabila…

La notoriété n’est pas gage de qualité, nous en sommes convaincus chez LRT. L’histoire (et les infographies) ne s’offrent pas toujours aux plus méritants, aux plus géniaux, ni même aux plus persévérants.  De nombreux groupes français, qui n’ont pas encore reçu leur goutte d’eau bénite sur le crâne, tournent inlassablement dans de petites salles de provinces. Portés par la passion, ils écument les bars et tentent désespérément de crever les nuages (sans crever les tympans). Nous sommes là bien sûr pour les aider à trouver leur public. Mais pour cela, il faut que le ciel nous aide à les trouver.

En tant que blogueurs amateurs, nous attendons nous aussi notre goutte d’eau. Une attente qui fait vivre l’étincelle. Qui fait de Sisyphe un homme heureux. Qui rend le chemin plus important que le résultat final.

Let’s Rock Today (and Rain On Us Tomorrow)

DS

LR1 :  J’espère que vous excuserez cet article exutoire, teinté d’une frustration mélancolique, qui fait la part plus belle à mes sentiments du jour qu’à ceux que le morceau éveille en nous. Travis méritait mieux…

LR2 : Comme son nom l’indique (presque) la carte est un « work in progress » et n’attend que votre aide pour être complétée.

Advertisements
Catégories :90's, A Day In The Rock Étiquettes : , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 20 décembre 2013 à 08:03
  2. 15 octobre 2013 à 08:44
  3. 30 septembre 2013 à 08:06

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s