Accueil > 80's, 90's, A Day In The Rock > #151 – There She Goes

#151 – There She Goes

The La’s in The La’s (single 1988-album 1990)

 

La rivalité franco-britanique ne date pas d’hier. C’est même rien de le dire. En vrac : Trafalgar, Guerre de Cent Ans, Jeanne d’Arc, Guillaume le Conquérant, Charlemagne, Thierry La France, et j’en passe. Sur les deux derniers millénaires, et sur ce terrain de l’Histoire, je déclare officiellement et complètement arbitrairement un match nul. Mais sur LRT, l’Histoire, on s’en cague un peu. Ouais on est comme ça nous. Ce qui nous intéresse, c’est le rock. Je me suis prêté à un petit jeu, en retombant (merci shuffle) par hasard sur ce bijou the The La’s : nous sommes en 1990, qui sont les différents n°1 de cette année dans les deux pays ?

Un petit tour sur Rocki plus tard, je retiens les 5 majeurs suivants. L’équipe de France est composée de François Feldmann et Didier Barbelivien à l’arrière, soutenus par Les Vagabonds et Zouk Machine à l’intérieur et à la mène l’indétrônable Lagaf’ (oui oui, tous ces gens ont été n°1 en France en 90). En d’autres termes, une belle équipe de vainqueurs. Face à eux, la formation anglaise se paie le luxe d’aligner Sinead O’Connor, Madonna, The Steve Miller Band, Cliff Richards et Iron Maiden. Pas la même gueule…

Revenons-en à nos Angels. Hors de ces vendeurs millionnaires, on trouvait également plus loin dans la liste des charts de 1990, un groupe tout droit venu de Liverpool (mais si, vous savez…) et emmené par le charismatique, talentueux et perfectionniste Lee Mavers. 3 ans en studio et pas moins de cinq hommes à la production, et arrive au final l’un des albums les plus acclamés par la critique, les fans et les artistes en herbe parmi lesquels Noel Gallagher, Damon Albarn, The Charlatans ou Pete Doherty. Ils sont unanimes : cet album leur a montré le chemin.

La discographie du groupe se résume à cet unique opus. Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et de whisky dans l’estomac de Mavers. Il tente bien de ranimer (ou du moins entretenir) la flamme, mais l’énergie n’y est plus vraiment. Sa prestation, ridiculement pathétique, de Rock en Seine 2011 suffit à ma peine. Il n’en reste pas moins que cette galette est entrée dans la légende et que There She Goes en est le bijou le plus précieux. N’en déplaise à François Feldman, Richard Gotainer ou Herbert Léonard. Là, les anglais nous mettent vraiment mal…

Let’s Rock Today (and Don’t Try To Fight The Brits With French Music Tomorrow)

Matt

Advertisements
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 4 mars 2013 à 08:07

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s