Accueil > 10's, A Day In The Rock > #148 – Two Fingers

#148 – Two Fingers

Jake Bugg in Jake Bugg (2012)

 

Jake Bugg : un visage de poupin, une voix d’ange, une musique de vieux folkeur !

Après avoir insulté Ryan Gosling, il y a quelques semaines, essentiellement animé par la jalousie (oui j’ai pêché), je m’apprêtais à égratigner Jake Bugg dirigé par le même vice. Cependant j’ai peur de passer pour un vieil aigri en avançant que cet adolescent pré-pubère n’est qu’un puceau précoce (cela va souvent de paire). Sans tomber dans le jeunisme (il est né en 1994, ça fait mal…), concentrons-nous sur son talent et sa maturité musicale que beaucoup d’artistes n’obtiendront jamais…

En écoutant Dédé Manoukian (un faux aigri mélancolique) on se rend compte que la nouvelle génération qui se présente aux télé crochets est de plus en plus jeune, de plus en plus inspirée, musicalement au point, innovante et respectant les vieilles gloires. Parfois un peu trop policés et respectueux (pour ceux qui passent à la télé), ils sont cette génération qui a grandi avec internet et qui n’a pas du besoin d’écouter les vieux disques des vieux cons de leurs aînés. Le jeune rebelle s’ouvre culturellement de lui-même et internet est la passerelle vers les Beatles, Stones, Led Zep, Oasis (ouais sont vieux maintenant) et consorts.

Les rois du folk parlent aux oreilles de Jake : Donovan (pas le sprinter Bailey, même si le nôtre est la crème du Rock Folk et du whisky), Bob Dylan et Johnny Cash. Jake est passé par la filière « noble » : révélé par internet, consacré par BBC Introducing, invité à se produire à Glastonbury. Du bon boulot comme dirait mon José (mais si rappelez-vous) ! Un album co-écrit avec Iain Archer (l’ombre des Snow Patrol) et adoubé par Noel Gallagher qui l’emmène faire sa tournée aux States. Un petit jeune qui n’en veut et qui sait respecter ses anciens.

Le petit Jake quand je l’ai aperçu à « L’Album de la semaine », j’ai vu dans son regard, non pas son amour de la musique folk mais plutôt qu’il n’avait pas sucé que de la glace… Two Fingers…Vous voulez pas un whisky d’abord ? Et ça, comme dirait l’autre, Jake Daniels, c’est du Rock. Après faudra juste le mentionner à ses parents qu’il rentre prendre sa fessée pour abus de Ballantine’s.
En parlant de fessée, son album m’en à mis une belle, d’où cette introduction aigrie moi qui n’ai ni l’oreille absolue, ni le sens du rythme et qui sait à peine écrire ! Attendons le second album, celui de la confirmation (ou celui de la maturité comme pour Larusso) et espérons que cela ne soit pas le Bugg de l’an 2010 !

Let’s Rock Today (and Stay Young Tomorrow)

LLLL

Advertisements
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s