Accueil > 10's, Découvertes > #1 – The Black Electrics

#1 – The Black Electrics

The Black Electrics – Dirty Laundry

Vous le savez, chez LRT l’influence des anciens se fait clairement sentir. On ne jure (presque) que par John, Mick, Pete, Paul, Jim, Jimi ou Jimmy, et on se sent l’envie et le devoir de transmettre et interpréter leur héritage si riche aux nouvelles générations. Le hasard a fait que The Black Electrics est devenu le premier groupe « partenaire » du blog. Au vu de ce qui va suivre, vous comprendrez que le hasard fait décidément bien les choses…

Introducing The Black Electrics

Ils sont 3, ils sont jeunes (ou presque), ils sont ambitieux et surtout… ils sont nostalgiques.

Formé au fil des rencontres mélomanes, The Black Electrics est un trio tout ce qu’il y a de plus brut. Une batterie, une basse, une guitare. Point. La recette de leur succès : un but et des influences communes.

Si ce n’était pas pour Jimi, Albert trainerait certainement ses guêtres dans les couloirs d’une boîte de com’ toute parisienne (dans le mauvais sens du terme), Thomas enseignerait les maths à des élèves toujours plus impossibles (ou moins possibles… je ne sais pas) pendant que Flo enchainerait les partiels sans étoile dans les yeux. Mais voilà, cet amour d’Hendrix leur donne des ailes et a fait naitre en eux une véritable obsession. Elle a surtout ouvert une quête presque impossible : faire renaitre de ses cendres le « garage-blues-rock », et surtout, lui faire passer le bug de l’an 2000 et le faire tenir jusqu’au bug de l’an 3000.

Ce power trio, comme il s’autodéfinit, est une sorte de diamant brut qu’on n’a pas envie de polir (ça y est, il s’enflamme là ;)). Toutes les ficèles du blues rock old school sont là : un son « crade » mais bien huilé, une voix hurlante et rauque, une attitude provoc (reprendre I Wanna Be Your Dog en live… Couillu), une session rythmique spartiate mais efficace et un look oldies (bretelles et moustaches pour Albert, Tom torse poil à la John Bonham. Parfait !). Flo quand à lui, reprend les codes du guitariste inventif et intuitif. Déjà, il a une Strat (ça ne vous rappelle pas quelqu’un ?), mais surtout, il vit sa musique. Sur scène ou autour d’un verre, la passion est manifeste. Rien n’est prémédité, tout est soudain, les solos ne sont pas répétés. Il ferme les yeux (ça ne vous rappelle vraiment pas quelqu’un ???) et les notes fusent.

Cette énergie, cette authenticité qui se dégagent autant de leurs prestations scéniques que de leur discours, se retranscrit également dans les 5 titres qui composent leur premier EP. Nous vous proposons de découvrir Drugs Are Expensive, premier titre de cette première production, qui on l’espère, en appelle bien d’autres.

Ce premier EP est en écoute libre mais est aussi en vente au prix de votre choix. Suivez le guide !

Et leur site officiel : theblackelectrics.com.

Publicités
  1. 25 janvier 2013 à 20:56

    bonne découverte, merci

  1. 11 juillet 2013 à 17:54
  2. 11 juillet 2013 à 17:54
  3. 1 mai 2013 à 08:01

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s