Accueil > 90's, A Day In The Rock > #121 – Don’t Damn Me

#121 – Don’t Damn Me

Guns N’ Roses in Use Your Illusion I (1991)

Indispensable

Indispensable

Je suis sure que je ne suis pas la seule ado française à avoir découvert les GNR et leur « You could be mine » en allant voir Terminator. Si vous l’aviez loupé, M6 à la même période, nous passait en boucle le clip « Don’t Cry ». Il y a donc d’un côté les adorateurs du style « November Rain », « Don’t Cry », et autres magnifiques reprises de « Knocking on Heaven’s Door » ou encore « Live & Let Die » (oui les groupes de rock font définitivement les meilleures ballades) et, d’un autre côté, les adorateurs (dont moi…) des chansons qui remuent : « Back Off Bitch », « Get in the Ring », « Right Next Door to Hell », « Double Talking Jive », « Garden of Eden » (que les lecteurs LRT connaissent bien…). Deux facettes bien différentes de la bande à Axl pour deux sortes de fans. Enfin et entre ces 2 il y a les inclassables. Mes préférées… « Civil War », « Estranged » , « So Fine » ou encore « Coma » sont des titres marquants illustrant la puissance des GNR, tous les instruments ont un rôle majeur et encadrent à merveille la voix complètement dingue d’Axl. Le titre que j’ai choisi ici pour vous est « Don’t Damn Me », plutôt situé dans les chansons qui remuent. Je vous explique le choix de la chanson : j’ai découvert les GNR à 14 ans, je connaissais toutes les paroles de tous leur albums (certes pas toujours compréhensibles pour la gamine que j’étais), et les titres qui me troublaient le plus c’étaient les inclassables (voir plus haut) avec une émotion particulière et des thèmes plutôt pas très gais. Il y a quelques semaines, alors que je m’acharnais à vouloir faire marcher l’industrie du disque (certains assidus de LRT me suivent…) j’ai eu la fantastique idée de vouloir faire découvrir les GNR à ma descendance autrement que par les tubes d’un « best of ». Et là je me suis surprise à redécouvrir cette perle qu’est « Don’t Damn Me », et une fois de plus me suis rendue compte que 21 après avoir acheté la version cassette, je connaissais encore presque toutes les paroles. Et pourtant, je ne me rappelais même plus de la chanson en rachetant le CD ! Cette chanson est comme un règlement de compte avec leurs détracteurs et une explication à leurs fans quant à la manière dont ils envisagent la musique.  Que ça plaise où pas, l’honnêteté et la liberté d’expression sont les valeurs défendues par les gunners dans ce titre, et la voix d’Axl sert à merveille cette cause…Aujourd’hui le rap est sans doute plus subversif que le rock, mais il faut se remettre dans le contexte des années 80/90 où sur presque toutes les pochettes d’album hard l’étiquette « PARENTAL ADVISORY- EXPLICIT CONTENT » était collée. Une époque où les Guns étaient les méchants de service dans une Amérique super puritaine, et où certains journalistes, Mick Wall en tête, en prennent plein la gueule. Ce qui n’a pas empêché ce même Mick de sortir une biographie non-officielle sur (je cite) « le plus grand groupe de rock au monde » (il avait déjà sorti en 91 un livre intitulé « GNR : le groupe le plus dangereux du monde »).Je vous conseille d’ailleurs la lecture de ce livre si vous voulez comprendre la courte vie de ce groupe mythique, les débuts, les sommets, la déchéance et surtout lire plein d’anecdotes sur un Axl à la fois parano, colérique, insupportable mais aussi timide et hyper talentueux. Il faut à ce propos citer un autre fan ayant consacré un article sur cette biographie (Pec / U-zine.org) qui explique que la mission de Mick Wall « est de présenter au grand jour et aux nouvelles générations ce que furent ce putain de groupe, et surtout quelle personnalité intrigante et passionnante est celle de leur leader Axl Rose. Mais aussi pourquoi encore aujourd’hui un Nightrain, Paradise City, Civil War, November Rain et tant d’autres titres continueront de faire vibrer des millions de coeurs à travers le monde. »

Ce livre (« W. Axl Rose : biographie non officielle ») se dévorera comme une lampée de Jack et ce jusqu’à la dernière goutte (ou dernière page) avec le vide que laisse une fin qu’on ne veut pas voir venir ! Mais après cette lecture vous allez vous replonger dans les vieux albums des Guns et prendre encore plus de plaisir à réécouter et apprécier le talent d’Axl Rose et de « ce putain de groupe que furent les Gun’s Roses! »

Let’s Rock Today (and Don’t Damn Me Tomorrow)

Alx

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s