Accueil > 90's, A Day In The Rock > #118 – Enjoy The Silence

#118 – Enjoy The Silence

Depeche Mode in Violator (1990)

 

La musique se tut.

Les sons intérieurs prirent le relais. Le coeur dans sa poitrine, les tempes près des yeux, et puis son souffle lent. Le grésillement cathodique semblait conserver en lui les reliquats du rythme pénétrant qui venait de s’échapper. Prostré face à l’écran, encore bercé par les inlassables boucles électroniques, il le sentit.

Ce fut si bref qu’il en douta presque. Il faut dire qu’il prit des contours impalpables et des traits indicibles. Comme une lumière sans éclat, comme un choc sans violence. Une transition de phase dans tout ce qu’elle recèle d’apparentes contradictions. Ce fut un moment plein de vide, une solution de continuité, une pause, une apesanteur, une coupure de courant. Ce fut un temps replié sur lui-même, sans couleur, sans douleur, sans aucun marqueur évident. En somme, un intense instant de non-sens.

Et pourtant, il fut parfaitement tangible. Lové dans les plis de la conscience, et sans autre repère que ceux laissés par l’élan mélodique, il se forma sous ses yeux comme une évidence. En vérité, cela n’avait jamais été aussi présent que dans cet éclair d’absence. Le choc du vide avait révélé, par un classique effet de contraste, l’éclat caché des jouissances musicales. Cette seconde de béatitude concentrait en elle la puissance des battements précédents et lui donnait les clés d’un niveau de connaissance supérieur.

Alors les sens se substituèrent au sens ; et il comprit. La leçon était claire. L’ivresse des sons s’impose dans le sillon qu’ils laissent dans nos âmes vides. Le reste de nos errements n’est qu’un triste moyen de combler l’absurde, dans la pénible attente d’une prochaine révélation.

Puis la vie reprit son cours et la violence des mots vint briser le silence…

Let’s Rock Today (And Enjoy The Silence Tomorrow)

DS

LR : Le clip loufoque signé Anton Corbijn a marqué les esprits presque autant que l’envoûtante mélodie de ce tube planétaire. Parmi tant d’autres, cet hommage de Coldplay témoigne de l’immense impact que Depeche Mode a pu avoir sur ses contemporains.

LR2 : Comme on l’a déjà vu dans un précédent billet, le rock électronique/syntpop/new wave est un format particulièrement sujet à reprises. Voici, piochée au hasard parmi la multitude, la version de nos amis de Nada Surf.

Advertisements
  1. 29 mars 2013 à 14:33

    pour prolonger le plaisir DM and friends sur http://www.vivelaculture.com/la-delta-machine-de-depeche-mode/

  1. 14 octobre 2013 à 08:15
  2. 14 décembre 2012 à 08:10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s