Accueil > 90's, A Day In The Rock > #80 – Common People

#80 – Common People

Pulp in Different Class (1995)

 

Vous êtes riches, et vous vous ennuyez ? Vous en avez marre de vous goinfrer de foie gras et de vous taper les matchs de polo le dimanche et les sessions de golf hebdomadaires de votre homme, qui pue le brandy et le Havane en rentrant ? Et bien devenez simple ! Vivez comme tout le monde ! Rien de plus facile, il suffit d’écouter les conseils de Jarvis Cocker.

Sous ses airs de petit anglais bien propre sur lui, plein de flegme et de sarcasme, Jarvis Cocker a su imposer son style bien à lui, bien… British. Quand les Oasis et autres Blur s’égosillaient et perdaient leurs influx respectifs dans des batailles puériles et stériles par presse interposée, Pulp en profitait pour sortir un des albums les plus acclamés et réussis de la fin de siècle.

Different Class regorge de trésors. S’il y a bien un disque de Britpop à retenir, si vous ne devez en prendre qu’un, sur une île déserte un seul disque à écouter encore et encore, n’en jetez plus : c’est celui-ci ! Ce fut tout simplement un déchirement que de choisir un seul extrait à vous présenter. Mais quelle chanson… Common People.

Un titre qui parle de lui même. Il raconte l’histoire d’une petite bourgeoise qui a l’air de s’ennuyer à mourir et qui, sur un aire à la Petit Prince, vient s’accrocher au basques de Cocker en lui suppliant de lui « dessiner une vie normale » (c’est de saison…)

Avec toute la classe qui le caractérise, Jarvis Cocker prend son mal en patience et lui déroule les exemples les plus banaux d’une vie des plus banales : aller au supermarché, sécher les cours, fumer des clopes, jouer au billard, danser, boire, baiser… Une vie simple quoi ! Normale ! Les présentations sont sussurées au début de la chanson, sur un fond rythmé par un riff joué au synthé, très kitch. Normal quoi !

Cocker déroule son argumentaire, pour en arriver à une conclusion implacable : on ne peut pas prétendre vivre « normalement » de plein gré, on ne devient pas normal, on l’est. Etre normal, c’est un état d’esprit, un mode de vie. C’est inscrit dans le patrimoine génétique. En bref, ça ne s’apprend pas. Tel un professeur las et agacé, Cocker finit la leçon en feu d’artifice hurlant toute sa rage au milieu d’un vacarme de synthés et de guitares.

Au lieu de faire signer des pactes de normalité à ses ministres, le président Hollande ferait mieux de remplacer la Marseillaise par cet hymne à la banalité. Et même si l’histoire ne dit pas ce qu’il écoutait dans son autoradio, à 170 à l’heure, sur les autoroutes normandes, ça ne m’étonnerait pas que ça ait un goût d’Orangina, et que la pulpe soit pas restée si en bas que ça… Ca serait tout à son honneur, me direz-vous.

Let’s Rock Today (and Live Like Common People tomorrow)

Matt

LR : une version surprenante, par William Shatner, en mode conteur de fable.

Advertisements
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 19 juin 2013 à 08:02
  2. 21 novembre 2012 à 20:29

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s