Accueil > 90's, A Day In The Rock > #42 – Soaps

#42 – Soaps

Arab Strap in Philophobia (1998)

 

Fermez les yeux : il pleut sur Glasgow, vous êtes bourrés de l’avant-veille, et vous tentez de comprendre pourquoi vous pissez des lames de rasoir depuis trois jours tout en regardant le JT de Pernaut. Depuis que votre ex vous a plaqué pour la voisine, vous n’avez quitté le canapé que pour vous adonner à vos besoins naturels, et encore pas systématiquement. Vous n’avez plus une thune, et plus un gramme d’herbe, plus de boulot, plus d’érection. George Harrison est mort, David Guetta toujours en vie, et vous vous sentez comme Renton dans Trainspotting, à vouloir hurler dans le vide désolé et grisâtre de votre studio : « C’est une punition d’être écossais ! ». Vous rouvrez les yeux, vous venez de terminer l’écoute de Philophobia. Et bizarrement, vous vous sentez apaisé.

Dans leur second opus datant de 1998, Arab Strap et son chanteur Aidan Moffat poignardent les tympans des mélomanes dépravés en racontant ses lendemains de partouzes cheap  (Soaps), ses soirées au pub où il crève d’envie de se retaper son ex qu’il y croise, sans parvenir à passer à l’acte pour d’obscures raisons sentimentales (New Birds), ou encore le tragique destin d’une supposée ex-girlfriend servant de plan cul à une bonne partie du quartier (Packs of Three). Des thèmes forts joyeux et primesautiers, vous en conviendrez.

Une écoute valant mieux que dix pages de blablatage stérile , finissons en disant qu’Arab Strap a marqué la pénultième décennie à grand coups de boites de Tranxen, en dispensant des tranches de vie de beautiful loosers tout droit sorties d’une nouvelle de R.Carver sur fond d’un quatuor basse / batterie / guitare / claviers d’une sobriété qu’on pourrait qualifier d’est-allemande de la belle époque. Et pourtant, malgré tous ces détails qui sont autant de handicaps potentiels au regard des performances techniques de beaucoup d’artistes contemporains, écouter Arab Strap procure un sentiment de plénitude béate, un truc du genre « tout ne va pas si mal » qui, finalement, est une des pierres angulaires du rock.

Like a rolling stone …

Let’s Rock Today (and Lose Tomorrow)

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 19 novembre 2012 à 08:24
  2. 29 octobre 2012 à 08:11

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s