Accueil > 60's, A Day In The Rock, Rock Legend > #39 – Communication Breakdown

#39 – Communication Breakdown

Led Zeppelin in Led Zeppelin (1969)

 

Nous continuons ici le chapitre ‘Hard Rock/Métal : les grands débuts‘ de « l’encyclopédie – avec un petit « e », pour l’instant – LRT » puisqu’après Ozzy et son Black Sabbath, nous vous proposons l’écoute et l’étude (dans le sens très humble du terme…) d’un autre pionnier de ce genre à part : Communication Breakdown, by Led Zep. Bon, dit comme ça, ça fait un peu Flower by Kenzo, mais je vous jure qu’on est loin des froufrous et des paillettes.

Bon, alors évidemment, quand on voit la photo, avec Page (au milieu) et son regard de biche, Plant (à droite) qui sort de son lit, Jones qui ressemble plus à Goya qu’à Redford et Bonham (en haut) alors lui c’est carrément Zorro, on est loin de s’imaginer que le Hard est né ici. Et bien SI ! Car figurez-vous que la blanche neige (ou plutôt la blanche Page) est à l’origine de quelques uns des plus grands riffs du siècle, dont évidemment celui de notre chanson du jour.

Ajoutez à cela la voix criarde, de laquelle Led Zep se sert comme 5e instrument, mais diablement solide de Plant, et une rythmique de mamouth assurée par Bonham à la batterie (ses bras vont trop vite, on dirait qu’il en a plus que deux) et Jones à la basse (mais à bien plus encore, ce mec est un multi instrumentiste comme on en voit peu – enfin si, il y a toujours notre Rémy Bricka national – jugez plutôt : basse, claviers, mandoline, mélotron, koto (???), banjo, keytar (le fameux piano guitare de mes rêves), harmonica, violon (!!!) et la liste est encore longue) et un solo débridé et vous obtenez un boule de nerfs d’à peine 3 minutes.

Communication Breakdown est loin d’être ma préférée, mais pour ce qu’elle représente, elle mérite sa place au panthéon. Il ne faut pas oublier qu’en 1969, The Beatles sortaient Abbey Road et The Doors, The Soft Parade. Loin du heavy proposé ici. Led Zep a ouvert la boite de Pandore, vers un nouveau monde musical, et beaucoup s’y sont engouffré après eux.

Let’s Rock Today (and Communicate Tomorrow)

Matt

Advertisements
  1. 26 avril 2012 à 16:25

    Communication breakdown. Trop la classe cette musique quand même… Je me souviens qu’elle m’avait marqué dans small soldiers. A cette époque pour moi led zep c’était plutôt les trucs tout mous genre stairway to heaven. Mais avec la découverte de cette musique ma vision a radicalement changé. Finalement pour led zep, la musique qui les caractérisait c’était immigrant song. Dur de faire plus hard rock!

    • 27 avril 2012 à 15:48

      Effectivment, dans presque chaque morceau de Led Zep se cache un soupçon (au minimum) de heavy. Pour moi ils sont les précurseurs dans le domaine. « truc tout mou » pour Stairway, je te trouve un peu sévère quand même 😉 Une petite réécoute des deux dernières minutes du morceau s’impose ! Led Zeppelin II est un des plus grands albums de heavy (Whole Lotta Love, Hearbreaker, Bring It On Home…..) Sur la fin ils ont pondu des monstres comme Kashmir, Ten Years Gone ou Achilles Last Stand. Bref, ça c’est du rock !!! Et comme tu le dis, ça c’est la classe !!! 🙂

  1. 25 janvier 2013 à 08:05
  2. 3 décembre 2012 à 08:18
  3. 16 mai 2012 à 07:27
  4. 1 mai 2012 à 08:51

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s