Accueil > 60's > #260 – Mr Soul

#260 – Mr Soul

Buffalo Springfield in Buffalo Springfield Again (1967)

 

Buffalo Neil, mon favori !

Buffalo Neil, mon favori !

« J’aime Neil Young au point de chier sur la gueule de Dylan ». Une phrase qui a été lâchée lors d’une conversation musique avec un pote (Merci Eric !). C’est exactement ça, ou pas loin du moins. C’est exactement ce que j’ai ressenti lorsque j’ai entendu chanter « Lotta Love » par Neil Young lors d’une soirée loose sur Youtube. Neil Young, c’est de l’émotion (plein), de la passion, de la diversité, de l’endurance, de la rage, de la douceur, de la sincérité, du génie. Il sera ainsi question du vieux Neil, le Loner dans cet article en plusieurs volets. Oui, parce qu’il faut bien plusieurs volets pour parler de son immense carrière…
Neil Young voit le jour le 12 Novembre 1945 à Toronto d’un père journaliste et nouvelliste (Scott Alexander Young) et d’une mère femme au foyer (Edna Young). D’une santé assez fragile (il est épileptique, contracte le diabète et la poliomyélite), Neil est assez solitaire et se réfugie assez vite dans la musique et les premières déferlantes Rock n’ Roll (Elvis Presley, Fats Domino, Chuck Berry, Little Richards…) La séparation de ses parents l’amène à suivre sa mère à Winnipeg au fin fond du Canada.

Là il commence à apprendre la musique sur un vieux ukulélé en plastique avant de se mettre à la guitare et déjà intégrer des groupes locaux dont The Squires qui se forgera une réputation dans la région. Lassé de l’immobilisme du groupe, Neil se lance dans une carrière solo et se produit en acoustique dans des clubs de Toronto où il rencontrera Joni Mitchell futur icône du mouvement hippie. Rien n’y fait, le succès n’est pas au rendez-vous.

Il décide alors avec un de ses anciens compagnon de The Squires, Bruce Palmer (officiant à la basse) de mettre le cap vers les Etats Unis sans aucun visa pourtant obligatoire. Sa destination : Los Angeles, Laurel Canyon, quartier de prédilection de la communauté des musiciens en Californie. Nous sommes en 1966. Là, tout va véritablement commencer pour Neil Young. C’est sur Sunset Boulevard qu’il va par hasard recroiser une vieille connaissance, Stephen Stills qu’il avait connu à l’époque de la tournée des clubs canadiens avec les Squires. Les retrouvailles sont chaleureuses et très vite productives : Stills, Young et Palmer décident de fonder un groupe en compagnie d’autres musiciens (Richie Furay et Dewey Martin) : Buffalo Springfield. Le groupe écume les clubs de Californie et rencontre assez vite un réel succès. Les guitares de Stills et Young fond des ravages, la rythmique est solide et les compos de qualité. Le groupe signe sur le label Atco et leur premier album éponyme sort en Décembre 66. Le groupe signera plusieurs tubes et classiques de toute une génération, dont la fabuleuse protest song « For What It’s Worth », œuvre de Stephen Stills qui s’impose en véritable leader.

L’égo de ce dernier, les problèmes de drogue de Bruce Palmer et les crises d’épilepsie de plus en plus violentes de Neil Young auront au fil des mois raison du groupe. Buffalo Springfield se séparera en 1968 soit 2 ans à peine après sa formation. Ils auront livré trois albums assez inégaux ne rendant pas honneur à ce que le groupe dégageait sur scène. C’est au moment de cette séparation que Neil Young retentera l’aventure en solo qui le fera entrer dans la légende…

Let’s Rock Today (and Be Young Tomorrow)

Paris Nord

About these ads
  1. Pas encore de commentaire.
  1. 30 avril 2014 à 11:43
  2. 14 avril 2014 à 11:14

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 7 233 autres abonnés

%d bloggers like this: